Découvrir le site verrier de Meisenthal

0

Dans un article précédent, je vous ai présenté la cristallerie Lalique installée à Wingen-sur-Moder. En suivant mon itinéraire de la Route du verre et du cristal qui pénètre les forêts épaisses des Vosges du Nord, vous atteindrez un haut-lieu du verre. A moins de 10 km de Wingen, le site verrier de Meisenthal est devenu au fil des ans une destination populaire. L’ancienne verrerie fermée en 1969 a été ressuscitée pour former trois centres : la Maison du verre et du cristal, le Centre International d’Art Verrier et la Halle Verrière. Et à la clé une surprise pour celles et ceux qui adorent la période de Noël !


Le site verrier de Meisenthal, berceau du verre Art Nouveau

Meisenthal (la vallée des mésanges) est un haut-lieu de l’activité du verre. L’on raconte que des verriers du village voisin de Soucht s’y étaient installés suite à une pénurie de bois forçant l’arrêt de leur activité. En 1702, le duc Léopold 1er de Lorraine les autorisa à fonder une autre verrerie sur le site actuel du village. Les premiers fours furent allumés en 1711. Des habitations s’édifièrent rapidement autour de la nouvelle manufacture. Ceci explique la localisation de la verrerie en plein centre du village. Tout au long des 19e et 20e siècles, le complexe n’a cessé de s’élargir. De 1867 à 1894, le Nancéien Emile Gallé collabora avec la verrerie en entreprenant des recherches techniques sur le verre. Meisenthal porta le surnom de « berceau du verre Art Nouveau ». 

Verreries de Meisenthal en 1860

La verrerie de Meisenthal en 1860

Une belle réussite

Vers 1920, une grande halle verrière fut édifiée alors que l’entreprise employait près de 650 salariés. Des dizaines de millions de pièces de verre furent produites, en particulier de la gobeleterie courante bon marché (services de tables, verres à boire, carafes, gobelets…)

Fermeture et reconversion

Mais la concurrence des verreries mécanisées belges et allemandes eurent raison de Meisenthal. La verrerie ferma définitivement ses portes le 31 décembre 1969 avec l’arrêt définitif des fours. L’usine, couvrant une superficie d’un hectare, devint rapidement une friche. A partir des années 1980, les bâtiments furent réaménagés pour accueillir trois activités en relation avec le passé verrier du site : la Maison du verre et du cristal, le Centre international d’art verrier (CIAV) et la Halle Verrière.


La Maison du verre et du cristal

Ce musée retrace toutes les étapes de la fabrication du verre et du cristal. On peut y découvrir plusieurs créations des cristalleries Saint-Louis et Lalique, et d’Emile Gallé.

Pour en savoir plus.


Le centre international d’art verrier (CIAV)

Centre international d'art verrier Meisenthal © Calips - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Centre international d’art verrier Meisenthal © Calips – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le CIAV a été créé en 1998 et occupe l’ancien atelier de taille de la verrerie. D’après le site web du centre : « le CIAV s’est attaché à préserver et valoriser l’héritage technique de son territoire par le biais de diverses actions : séances de transmission du savoir-faire avec d’anciens verriers, rachats d’outillages anciens, constitution d’une moulothèque – fond de 1500 moules anciens -, recherches historiques avec le Musée du Verre… Outre sa vertu conservatoire, ce travail nous permet de constituer un important fond de ressources techniques, mobilisables par les créateurs qui sont amenés à travailler à Meisenthal. »

Le CIAV à Meisenthal lieu unique de production, de démonstration, de transmission de savoirs, de création et de découverte. C’est là que sont fabriquées les fameuses boules de Noël en verre, d’après les techniques traditionnelles employées par les anciens verriers de Gœtzenbruck.

La visite vous amènera sur une mezzanine spécialement aménagée d’où vous pourrez observer l’atelier des souffleurs de verre.

Pour en savoir plus.


La Halle verrière

Halle Verrière Meisenthal © Cadhame - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Halle Verrière du site verrier de Meisenthal © Cadhame – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Située au cœur de la manufacture, la grande halle a été restaurée en 2005 et peut aujourd’hui accueillir 3 000 personnes sous sa verrière. Des manifestations culturelles (expositions, concerts…) y sont organisées.


La fantastique histoire de la boule de Noël

L’ancienne verrerie du village voisin de Gœtzenbruck fut fondée en 1721 par Jean-Georges Poncet, verrier au village voisin de Meisenthal. Elle produisait des articles de gobeleterie.

En 1858, une grande sècheresse sévit dans la région. Pas de chance pour les habitants qui avaient pris l’habitude de décorer leur sapin de Noël avec des fruits. La légende prit le pas :

« En 1858 la nature fut avare. La grande sécheresse priva les Vosges du Nord de fruits et le sapin de Noël n’eut donc parure qui vaille. Un souffleur de verre de Gœtzenbruck tenta de compenser cette injustice en soufflant quelques boules en verre. Il déclencha à lui seul une tradition qui traversa les cultures ».

Ainsi naquit la boule de Noël moderne que nous connaissons (même si trop souvent elle est aujourd’hui faite de matières plastiques !) Le succès fut au rendez-vous : la verrerie de Gœtzenbruck produisait chaque année jusqu’à 250 000 boules décoratives réfléchissantes.

En 1964, la verrerie de Gœtzenbruck ferma définitivement. La fabrication industrielle des boules de Noël argentées cessa soudainement et elles tombèrent dans l’oubli. Jusqu’à ce que le Centre International d’Art Verrier de Meisenthal ravive la tradition à la fin des années 1990 !

Depuis 1998, le CIAV est à l’initiative d’une vingtaine de modèles de boules en verre répartis dans deux collections :

  • la ligne traditionnelle, des boules directement inspirées de modèles anciens, et
  • la ligne contemporaine, imaginée par des designers et artistes contemporains.

Les autres sites à proximité du site verrier de Meisenthal

Sur les hauteurs du village, en direction de Wingen-sur-Moder, se trouvent deux monuments érigés sur l’ancienne frontière délimitant le duché de Lorraine et le comté de Hanau-Lichtenberg (Alsace) :

  • La Pierre des Douze Apôtres. Ce monolithe dont l’origine nous est inconnue est un bloc de grès rose haut de 4,40 m. Egalement appelé « Breitenstein », il est surmonté d’un calvaire depuis le 18e siècle.
  • La Colonne de Wingen. Elevée à l’époque napoléonienne, il s’agit d’une ancienne borne frontière. La base du vieux pilier serait d’origine gallo-romaine. Un peu plus loin, sur la gauche, superbe vue sur Meisenthal.

De nombreux sites sont accessibles à moins d’une trentaine de minutes du site verrier de Meisenthal par la route. Voici quelques idées de sortie :

Citadelle de Bitche © V.degouy - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons copy

La Citadelle de Bitche © V.degouy – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons copy

  • Le village historique de La Petite-Pierre et la région bucolique de l’Alsace Bossue
  • Les châteaux-forts en ruine du Lichtenberg, de Wasenbourg, de Falkenstein et du Grand Wintersberg
  • Le musée Lalique à Wingen-sur-Moder
  • La cristallerie de Saint-Louis-lès-Bitche
  • La petite ville de Bitche et la citadelle Vauban
  • Les ouvrages de la Ligne Maginot : Fort Casso et Simsherhof
  • Le site pittoresque de l’étang de Hanau

En savoir plus sur le site verrier de Meisenthal et les alentours

Quelques sites web :


Petit glossaire des métiers du verre et du cristal


Si vous trouvez que mes articles vous plaisent ou vous ont rendu service, n’hésitez pas à les partager sur Twitter ou Facebook. Cela me ferait super plaisir, et en plus cela me motive à continuer à en écrire davantage ! 🙂

Inspiré par la lecture de cet article sur le site verrier de Meisenthal ? Quelques épingles pour Pinterest :

Découvrez la Route du verre et du cristal en Lorraine sur le blog Mon-Grand-Est.fr

Découvrez le site verrier de Meisenthal sur le blog Mon-Grand-Est.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

Leave A Reply

*