La Route du verre et du cristal en Lorraine

7

La Route du verre et du cristal relie les principales verreries et cristalleries de Lorraine et des Vosges du Nord. Un héritage artistique unique dont la renommée mondiale n’est plus à faire. Si je vous dis : Daum. Baccarat. Lalique. Cela vous est familier ? Enfin je l’espère car si ce n’est pas le cas, voici une superbe occasion d’en apprendre plus sur ces vénérables manufactures. En suivant cet itinéraire, vous découvrirez l’incroyable créativité des artisans lorrains. Des œuvres qui ont conquis le monde entier, du Tsar Nicolas II à la Reine d’Angleterre en passant par l’empereur du Japon…


Comprendre les métiers du verre et du cristal en Lorraine

L’activité des métiers du verre est très ancienne en Lorraine. Au Moyen-Age, de nombreuses verreries opèrent dans les massifs boisés au sud de la Lorraine, aux frontières avec la Champagne et la Franche-Comté. Les pratiques commerciales évoluant, ces centres verriers périclitèrent vers la fin du Moyen-Age. Sans compter que les relations entre les gentilshommes verriers nomades et les ducs de Lorraine étaient devenues compliquées.

Le développement des verreries en Lorraine

A partir du 17e siècle, une nouvelle vague d’activité du verre apparut aux confins de la Lorraine et de l’Alsace. Dans les Vosges Moyennes (à l’Est de Sarrebourg) et surtout dans les Vosges du Nord (Pays de Bitche). Les propriétaires terriens souhaitaient mettre en valeur leur immense domaine forestier en introduisant une industrie qui pourrait utiliser les bois qui, le plus souvent, périssaient et ne rapportaient rien.

Quelques années avant la Révolution, certaines verreries percèrent le secret de fabrication du cristal qui était détenu depuis 1676 par l’Angleterre. La cristallerie royale de Saint-Louis à Saint-Louis-lès-Bitche en est le parfait exemple !

Aujourd’hui, seules quelques verreries sont toujours en activité. De grands noms de l’industrie du luxe, du cristal et du verre d’art (Baccarat, Lalique, Saint-Louis) ont contribué à la renommée touristique de toute une région.

Les verreries des Vosges

Mais pourquoi une telle concentration de verreries et de cristalleries dans la région des Vosges du Nord ? Et en particulier dans l’ancien comté de Bitche ?

Les verreries de Lorraine montrent combien le lien entre le milieu naturel et l’activité est fort. Mais que faut-il pour faire du verre ? De la silice (fournie par le sable du grès), de l’eau, du salin (potasse) comme fondant et le bois en combustible. Et ce n’est pas étonnant de constater que tous ces ingrédients se trouvent en quantité considérable dans les Vosges !

Verre ou cristal ?

Qu’est-ce qui distingue le cristal du verre commun ? Réponse simple : l’ajout d’oxyde de plomb. Cela donnera au matériau un éclat plus brillant. Et il sera plus facile à travailler car son point de fusion est inférieur à celui du verre. Enfin, ce sont les mains expertes des maîtres verriers et des maîtres tailleurs qui opèreront la magie du cristal.


La Route du verre et du cristal en Lorraine

Pour tracer la Route du verre et du cristal, j’ai d’abord recensé les principales verreries et cristalleries dont je voulais parler. En voici la liste :

  • Cristallerie Daum (site)
  • Verrerie de Portieux (site)
  • Cristallerie Baccarat (site)
  • Ancienne glacerie de Cirez-sur-Vezouve
  • Ancienne verrerie de Saint-Quirin
  • Ancienne cristallerie de Hartzviller (site)
  • Cristallerie de Vallérysthal (site)
  • Cristal Lehrer (site)
  • Cristallerie Lalique (site)
  • Site verrier de Meisenthal (site)
  • Cristalleries de Montbronn
  • Cristallerie de Saint-Louis (site)
  • Ancienne verrerie de Gœtzenbruck
  • Ancienne cristallerie de Lemberg
  • Hors-parcours : Verrerie-cristallerie de Vannes-le-Châtel (site)

Puis, j’ai composé un itinéraire touristique pour rejoindre ces principaux sites. Mis à part Nancy et Vannes-le-Châtel, ils se situent tous à l’Est de la Lorraine, en direction des Vosges. Un joli voyage en perspective long de 225 km reliant Nancy à Bitche !

Vous l’aurez peut-être remarqué, j’ai volontairement planifié un petit crochet en Alsace. Je ne pouvais pas manquer de mentionner les cristalleries Lalique. En effet, elles sont situées dans la commune de Wingen-sur-Moder, à la limite avec la Lorraine !

Afin de prendre le temps de visiter les musées et boutiques des verreries et cristalleries le long des 225 km de la Route du Verre et du Cristal, il est conseillé de passer deux ou trois nuits sur place. Si vous souhaitez profiter des sites touristiques à proximité de l’itinéraire (Pays de Sarrebourg, Dabo, Saverne, La Petite-Pierre, les Vosges du Nord et Bitche), prévoyez cinq à sept jours.


Point de départ : Nancy et le cristal Daum

Cristallerie Daum © French Moments

La collection Daum © French Moments

Notre parcours de 225 km à travers la Lorraine orientale commence à Nancy. Là, sur la célèbre place Stanislas se trouvent deux points d’intérêt majeurs pour les fans de Daum : la boutique sise au numéro 14 et la fantastique collection au sous-sol du musée des Beaux-Arts.

  • Dans la boutique Daum, vous retrouverez la collection actuelle complète ainsi que des pièces exceptionnelles : vases, petits objets décoratifs ou bijoux.
  • Au sous-sol du musée des Beaux-Arts de Nancy sont exposées 300 œuvres sur les 725 que possède le musée.

Petite histoire brève

La Compagnie française du cristal Daum fut fondée à Nancy en 1878 par Jean Daum, un notaire originaire de Bitche. A sa mort, ses fils Auguste et Antonin reprirent l’affaire et embrassèrent un mouvement artistique nouveau qui se développa dans plusieurs villes influentes d’Europe ainsi qu’à Nancy : l’Art nouveau ! La renommée de Daum était assurée, mais elle se développa davantage avec l’adaptation des collections à l’Art déco dans les années 1920.

Pour en savoir plus sur Daum à Nancy, j’ai récemment publié un article plus détaillé que vous pouvez lire ici.

Sortez de Nancy par l’A330 en direction d’Epinal. A Flavigny-sur-Moselle, quittez l’autoroute et prenez la départementale D570. La route (ancienne N57) borde le canal de l’Est offrant des paysages pittoresques. A Charmes, traversez la Moselle et prendre la D32 en direction de Portieux. Puis longez la D87 jusqu’au site de la verrerie.


La verrerie de Portieux

(55 km de Nancy)

La verrerie de Portieux fut fondée en 1690 par François Magnien, maître d’hôtel du duc de Lorraine. Située près de Charmes, la manufacture fut autrefois un des plus grands employeurs du département des Vosges avec un milliers de salariés. Son activité se développa suite à l’annexion de la Moselle par l’Allemagne en 1871. C’est à ce moment qu’elle fusionna avec la cristallerie de Vallérysthal (voir plus bas).

Aujourd’hui, la verrerie est spécialisée dans la gobeleterie et la conception d’articles de décoration et de fantaisie. Ses clients parisiens les plus célèbres sont Maxim’s, la Brasserie Lipp et l’Hôtel Crillon.

Sur 160m2, le musée de la cristallerie présente l’outillage et les techniques de travail des verriers et expose des anciennes collections.

Pour en savoir plus (site officiel)

Rejoignez la D32 et prendre la direction de Rambervillers. Traversez la petite bourgade et suivre la D435 (devenant D935 en Meurthe-et-Moselle) jusqu’à Baccarat.


La cristallerie Baccarat

(90 km de Nancy)

Baccarat, une étape-clé le long de la Route du verre et du cristal ! Voilà un nom qui évoque le raffinement à la française dans le monde entier. Et c’est ici, dans le bourg de Baccarat en Meurthe-et-Moselle, qu’il faut se rendre pour découvrir l’histoire de cette prestigieuse Maison de luxe. Et découvrir au passage les collections de verre et de cristal d’une grande pureté !

A Baccarat, je recommande la visite du musée de la cristallerie. Le musée Baccarat présente 700 objets de cristal. Vous y admirerez un lustre en cristal, des services de tables, des meubles en cristal, des flacons de parfum, des bonbonnières, des presse-papiers… autant d’objets d’arts gravés à la main de motifs dont certains sont colorés.

Pour terminer votre visite, rien de mieux qu’un lèche-vitrine à la boutique Baccarat pour un aperçu des collections plus contemporaines.

Baccarat à Baccarat !

De l’autre côté de la rue principale se trouve une autre boutique historique : la cristallerie Vessière cristaux. Depuis 1882, Vessière Cristaux est le spécialiste du cristal. Entrez-y pour découvrir non seulement les cristaux Baccarat, mais également les grands classiques de Lalique et Daum.

Pour en savoir plus sur Baccarat et sa cristallerie, j’ai justement publié un article plus détaillé que vous pouvez lire ici.

Prenez la D935 en direction de Sarrebourg/Badonviller. Au village de Montigny, tournez à droite (D992) vers Badonviller, village adossé aux premiers contreforts des Vosges lorraines. Prenez la D8 jusqu’à Cirey-sur-Vezouze, petit bourg où fut fondée en 1801 une manufacture de glaces réputée.


L’ancienne glacerie de Cirey-sur-Vezouze

(118 km de Nancy)

L'ancienne glacerie de Cirey-sur-Vezouze

L’ancienne glacerie de Cirey-sur-Vezouze

Autrefois, Cirey-sur-Vezouze abritait une glacerie fondée vers 1760. Elle était spécialisée dans la fabrication de verre de miroir. Vers 1840, l’entreprise fut rachetée par la société Jean-Auguste Chevandier et Cie., qui exploitait les verreries à Saint-Quirin et à Monthermé (Ardennes). Puis en 1848, les verreries furent rachetées par les Manufactures de Saint-Gobain. Après avoir été agrandie dans les années 1930, l’usine ferma définitivement en 1939. Mais l’activité de miroiterie n’est pas terminée à Cirey : une entreprise de fabrication de vitrages et miroirs y est toujours en activité !


Les cristalleries du Pays de Sarrebourg

La Route du verre et du cristal traverse maintenant le Pays de Sarrebourg. Il comptait de nombreuses verreries et cristalleries, surtout implantées à l’Est, proche de la frontière entre la Lorraine et l’Alsace. Les plus célèbres d’entre elles : Saint-Quirin, Hartzviller, Vallérysthal, Lehrer…

Empruntez la D993 en direction de Saint-Quirin. Arrêtez-vous une petite heure dans ce village du département de la Moselle, un des plus beaux de France. Reprenez la route vers Abreschviller (D96). Après avoir traversé la forêt, vous arriverez au lieu-dit de Lettenbach, site de l’ancienne verrerie de Saint-Quirin.


L’ancienne verrerie de Saint-Quirin

(131 km de Nancy)

Le village de Saint-Quirin

Le village de Saint-Quirin sur la Route du verre et du cristal (photo : domaine public)

Tout porte à croire que la verrerie de Saint-Quirin soit l’une des plus anciennes de Lorraine. Les historiens évoquent une première verrerie au 15e siècle. Il s’agissait d’une verrerie itinérante. On changeait d’emplacement dès que la ressource en bois était épuisée. A partir de la 2e moitié du 15e siècle, Saint-Quirin travaillait pour les châteaux de Lorraine. La verrerie a d’ailleurs fourni les vitres des fenêtres du palais ducal à Nancy. Toutefois, la Guerre de Trente Ans (1618-1648) fut fatale à l’activité du verre de Saint-Quirin qui périclita complètement.

La renaissance de la verrerie au 18e siècle

Il fallut attendre 1737 pour que l’activité du verre refasse surface lorsque l’abbé de Marmoutier reçut l’autorisation de construire deux verreries. Une manufacture se développa sur le site de Lettenbach dans la forêt de Saint-Quirin. On fit venir des ouvriers perfectionnés et compétents de Bohême pour lancer la production du cristal. Le succès fut au rendez-vous : la production se vendit dans toutes les provinces du royaume et jusqu’en l’Amérique du Nord. Toutefois, dans les années 1760, la concurrence des nouvelles cristalleries de Baccarat et Saint-Louis porta un coup dur aux affaires. Après la Révolution, la verrerie changea de propriétaires à plusieurs reprises. En 1848, elle fut rachetée par les Manufactures de Saint-Gobain. En 1888, la verrerie cessa ses activités. 

L’église des Verriers de Lettenbach

L'église des Verriers de Lettenbach (Saint-Quirin) © François Philipp - licence [CC BY 2.0] from Wikimedia Commons

L’église des Verriers de Lettenbach (Saint-Quirin) © François Philipp – licence [CC BY 2.0] from Wikimedia Commons

Le seul vestige du complexe est l’église des Verriers à Lettenbach. Elle fut construite en 1756 pour les besoins des ouvriers et de leurs familles. Le sanctuaire est couvert d’une toiture à bardeaux de mélèzes d’Autriche et d’épicéa du Jura. Mais ce qui surprend le plus, c’est le joli clocheton à bulbe. Il n’était pas courant d’en voir dans la région de Saint-Quirin. Vraisemblablement il doit son existence aux charpentiers-couvreurs venus de Bohême avec les verriers expérimentés.

L’église appartient aujourd’hui aux Religieuses de la congrégation des sœurs de la Charité.

Reprenez la Route du verre et du cristal vers Abreschviller (D96) puis la D44c et D44a vers Hartzviller. 


L’ancienne cristallerie de Hartzviller

(143 km de Nancy)

Depuis 1932, année de sa fondation, la cristallerie de Hartzviller réalisait des articles soufflés à la bouche et façonnés à la main. Ses 60 maîtres-verriers concevaient leurs créations dans le respect des traditions artisanales. Il s’agissait d’ailleurs d’une des dernières manufactures en France à travailler de façon totalement artisanale et non-mécanisée.

J’utilise le temps du passé car tristement, cette cristallerie a fermé ses portes en 2004.

La cristallerie a fourni des articles personnalisés en petite série à des hôtels et restaurants de grande renommée : le Ritz, le Plaza-Athénée, le Crillon, le restaurant Pierre Gagnaire…

Le site web officiel de la cristallerie (toujours en ligne !) présente l’ensemble des étapes d’une fabrication traditionnelle d’un verre ou d’une carafe avec photos à l’appui.

Pour en savoir plus (site officiel)

Suivez la D96D sur 2 km jusqu’à Vallérysthal.


La cristallerie de Vallérysthal

(145 km de Nancy)

L’ancêtre de cette cristallerie opéra dès 1707 à quelques kilomètres de Vallérysthal, à Plaine de Walsch. Il s’agit ainsi de l’une des plus anciennes manufactures de cristal en France. C’est en 1830 que la verrerie s’implanta dans le site actuel. Le village se développa autour de l’entreprise. Trois ans plus tard, elle fut reprise par le baron Auguste François Eléonor de Klinglin. En 1872, elle fusionna avec les Verreries de Portieux. La création d’un effet de synergie entre les deux manufactures contribua au développement de sa notoriété. La fusion permettait également un accès au marché français… car le Pays de Sarrebourg était devenu allemand suite à la défaite française de 1871.

Encore aujourd’hui, les articles de cristal sont fait main et soufflés à la bouche. La cristallerie est spécialisée dans la gobeleterie. Elle est également renommée pour avoir conçu d’extraordinaires saxophones en cristal. 

Les visites de la cristallerie avec démonstrations sont possibles. Le magasin d’usine se trouve dans le bâtiment historique. Et en bonus, vous pourrez découvrir le petit musée de la 2CV sur le même site ! (vérifiez le site web pour les horaires d’ouverture du musée !)

Pour en savoir plus (site officiel)

Rejoignez la D45 par la D96. Tournez à droite direction Lutzelbourg. Dans le voisinage de la cristallerie Lehrer se trouve un des sites les plus curieux de Lorraine : le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller.

Plan incliné de Saint-Louis-Arzviller © Gzen92 - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller © Gzen92 – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Il s’agit ni plus ni moins d’un ascenseur à bateaux. Il permet au canal de la Marne au Rhin de franchir les Vosges dans le secteur du col de Saverne.


Le cristal Lehrer

(157 km de Nancy)

En 2010, le tailleur sur cristal Bruno Lehrer a ouvert un magasin dans la région touristique de Dabo. En contrebas du célèbre Plan incliné, la boutique propose des démonstrations de souffleur de verre et de taille sur cristal. Une étape appréciée des touristes le long de la Route du verre et du cristal.

En marge des services de verres, des vases et autres décorations en verre et en cristal, la production de la maison est spécialisée en lampes de couleurs et formes différentes.

Pour en savoir plus (site officiel)

Atteignez Lutzelbourg par la D98. Un site pittoresque dans lequel les ruines du château domine le village traversé par la voie ferrée Nancy-Strasbourg et le canal de la Marne au Rhin.

Château de Lutzelbourg © Gzen92 - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Le château de Lutzelbourg garde le passage de la Route du verre et du cristal ! © Gzen92 – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Prenez la D38 jusqu’à Phalsbourg. Vous pouvez vous y arrêter pour découvrir cette petite cité fortifiée par Vauban à la limite entre la Lorraine et l’Alsace. Traversez la place d’Armes et jetez un coup d’œil aux fortifications (porte de France et porte d’Allemagne).


De Phalsbourg aux Vosges du Nord

Porte de France Phalsbourg © Mossot - licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

La Porte de France à Phalsbourg © Mossot – licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

La portion suivante de la Route du verre et du cristal vous conduira dans les Vosges du Nord aux confins de la Lorraine et de l’Alsace. Vous traverserez une partie du Bas-Rhin (Alsace) avant d’entrer dans le Pays de Bitche. C’est dans cette région que vous trouverez la plus forte concentration de verreries et de cristalleries, d’où son surnom de Pays du Verre et du Cristal.

De Phalsbourg, prendre la D104 / D133 jusqu’à Oberhof puis tourner à gauche la D178 en direction de la Petite-Pierre. Cette ancienne bourgade fortifiée mérite une halte.

Rejoignez Wingen-sur-Moder par la D135.


La cristallerie Lalique

(190 km de Nancy)

Lalique

Lalique, des cristaux extraordinaires à découvrir sur la Route du verre et du cristal !

En route vers Bitche, on pourrait traverser le village paisible de Wingen-sur-Moder sans se douter qu’il abrite le site de production d’une des plus prestigieuses maisons de luxe françaises ! Réputée pour ses vases emblématiques et sa collaboration avec des marques de luxe et des designers les plus en vue dans le monde, Lalique se caractérise par une recherche artistique constante des matériaux utilisés pour produire des pièces de qualité.

Le fondateur, René Jules Lalique (1860-1945), s’inspira de ces belles choses de la vie quotidienne pour créer des objets d’arts innovants : luminaires, mobilier, bijoux et flacons de parfums. Conçus dans la cristallerie de Wingen-sur-Moder depuis 1921, ils répondent tous à la même philosophie :

« En laissant libre cours à son imagination, où la femme, la faune, et la flore sont une source inépuisable d’inspiration, il a ainsi révolutionné la beauté des objets par le travail sur la lumière et créé un style unique avec le verre satiné. Le regard se laisse ainsi porter par la grâce et l’élégance de ses lignes ondoyantes. Ses arabesques florales, ses motifs géométriques qui se reflètent et s’interpénètrent dans des objets iconiques. » (source : Vessière Cristaux)

Le musée Lalique

En vous arrêtant à Wingen-sur-Moder, vous aurez l’opportunité d’admirer certaines des plus belles créations Lalique au musée. Y sont exposées quelques 650 pièces issues des collections propres de René Lalique et de ses successeurs. Le musée est organisé de façon thématique et chronologique et permet de découvrir des collections variées du monde Lalique : bijoux, dessins, flacons de parfum, verre et cristal.

Pour en savoir plus sur la cristallerie Lalique, j’ai justement publié un article plus détaillé que vous pouvez lire ici.

Rejoignez Meisenthal par la D256 puis la D37 par une route en pente dans la forêt dite de Ziegler. Vous passerez devant deux monuments dressés sur l’ancienne frontière entre le duché de Lorraine et le comté de Hanau-Lichtenberg (Alsace). Le premier, la Pierre des Douze Apôtres est un monolithe dont l’origine nous est inconnue. Ce bloc de grès rose est haut de 4,40 m. Egalement appelé « Breitenstein », il est surmonté d’un calvaire depuis le 18e siècle.

Puis 70 mètres plus loin, faites un petit crochet en prenant la première route à gauche (Zollstock). Au prochain carrefour se dresse un autre monument : la Colonne de Wingen. Elevée à l’époque napoléonienne, il s‘agit d’une ancienne borne frontière. La base du vieux pilier serait d’origine gallo-romaine.

Reprenez la D37 et atteindre Meisenthal en tournant à gauche (D83).


Le site verrier de Meisenthal

(198 km de Nancy)

Meisenthal

Le centre verrier de Meisenthal dans les Vosges du Nord – Route du verre et du cristal

Meisenthal est un haut-lieu de l’activité du verre. Une étape devenue au fil des ans incontournable sur la Route du verre et du cristal. Les fours de l’ancienne verrerie furent allumés pour la première fois en 1711. Tout au long des 19e et 20e siècles, le complexe n’a cessé de s’étendre. De 1867 à 1894, le Nancéien Emile Gallé collabora avec la verrerie, d’où le surnom de « berceau du verre Art Nouveau » attribué à Meisenthal.

La verrerie cessa définitivement son activité le 31 décembre 1969. La manufacture devint rapidement une friche. A partir du début des années 1980, les bâtiments furent réaménagés pour accueillir trois activités en relation avec le passé verrier du site : la Maison du verre et du cristal, le Centre international d’art verrier et la Halle Verrière.

Pour en savoir plus sur le site verrier de Meisenthal, lisez mon article détaillé ici.

Traversez le village de Soucht par la D83 puis poursuivez la route ombragée jusqu’à Montbronn.


Les cristalleries de Montbronn

(208 km de Nancy)

Cristal de Montbronn © Cristallerie Ferstler-Fischer

Cristal de Montbronn © Cristallerie Ferstler-Fischer

Entouré de verdure et de forêts, le village de Montbronn est lié à la tradition du verre taillé à la main depuis le 18e siècle. En effet, ce ne sont pas moins de quatre cristalleries qui font la renommée de Montbronn :

  • la Cristallerie de Montbronn. Fondée en 1930 par Joseph Louis Ferstler. Spécialisée dans le cristal doublé couleur (palette de 8 couleurs). En savoir plus.
  • la Cristallerie Ferstler & Fischer. Fondée en 1953 par Joseph Ferstler. Spécialisée dans la fabrication de trophées sportifs, de cadeaux d’entreprise ou de listes de mariage. En savoir plus.
  • la Cristallerie des Vosges du Nord (anciennement Brunner). Fondée en 1965 par Léon Brunner.
  • la Cristallerie Cristal de Paris. Fondée en 1970 par Marcel Ferstler. Spécialisée dans la taille, la décoration et le polissage d’objet en cristal. En savoir plus.

Sortez du village en prenant la direction de Saint-Louis-lès-Bitche (D36A).


La cristallerie Saint-Louis

(211 km de Nancy)

Cristallerie Saint Louis © Aroche - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons copy

La cristallerie Saint-Louis – Route du verre et du cristal © Aroche – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le cristal Saint-Louis produit à Saint-Louis-lès-Bitche est connue pour être la plus ancienne de France. La verrerie de Münzthal fut fondée en 1586, à une époque où le comté de Bitche, dépendant du duché de Lorraine, n’appartenait pas encore à la France. C’est en 1767 que Louis XV autorisa l’activité d’une nouvelle verrerie dans le village. On lui donna le nom de « Verrerie royale de Saint-Louis », en l’honneur de Louis IX.

Le secret de fabrication du cristal révélée

Or, depuis 1676, seule l’Angleterre gardait le secret du cristal dont le procédé de fabrication avait été mis au point par George Ravenscroft.

En 1781, la verrerie royale de Saint-Louis réussit la prouesse de réaliser du cristal. Le monopole anglais n’était plus. Condorcet lui-même signa le document qui faisait de la verrerie de Saint-Louis une cristallerie royale. En 1785, la verrerie de Saint-Louis était la plus grande d’Europe, suivie par celles de Saint-Quirin et Sainte-Anne de Baccarat.

Saint-Louis Apollinaire Chartreuse © Cristallerie Saint-Louis

Saint-Louis Apollinaire Chartreuse © Cristallerie Saint-Louis

Tout au long du 19e siècle, la cristallerie royale de Saint-Louis se distingua de par ses magnifiques collections issues de redécouvertes et d’inventions : salles à manger bourgeoises et royales, services de table (dont le célèbre modèle Trianon), décorations, luminaires… Ses maîtres verriers et maîtres tailleurs réalisaient des pièces en cristal tout en couleur, taillées, gravées ou décorées à la main, à l’or 24 carats ou au platine.

Le cristal Saint-Louis a su s’adapter aux modes des 19e et 20e siècles en proposant des pièces de style Restauration, Napoléon III, Art nouveau, Art déco, modern style…

Depuis 1995, Saint-Louis fait partie du groupe Hermès.

La Grande Place – Musée du Cristal Saint-Louis

Le musée La Grande Place © LaGrandePlace - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le musée La Grande Place © LaGrandePlace – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

La Grande Place est le nom donné au musée du cristal Saint-Louis. Il occupe la grande halle de la manufacture. Le parcours initiatique est long de 953 mètres et vous fera découvrir quelques 2000 pièces de cristal exceptionnelles réalisées par la cristallerie depuis quatre siècles. 

Pour en savoir plus (site officiel)


Empruntez la D37B jusqu’au village de Gœtzenbruck.

L’ancienne verrerie de Gœtzenbruck

(214 km de Nancy)

L’ancienne verrerie de Gœtzenbruck fut fondée en 1721 par Jean-Georges Poncet, verrier au village voisin de Meisenthal. Elle produisait des articles de gobeleterie, des verres de lunettes, ainsi que des verres de laboratoire. Mais surtout, la verrerie du village fut connue pour avoir été la source d’une tradition désormais suivie dans le monde entier : la décoration du sapin de Noël avec des boules de verre.

En 1964, la verrerie de Gœtzenbruck mit la clé sous la porte, mettant un terme à la fabrication industrielle des boules de Noël argentées. Rachetée par Sola, l’entreprise se spécialisa dans la production de verres de laboratoire. L’usine d’optique ferma définitivement en 2005.

Rejoignez Lemberg par la D37.


L’ancienne cristallerie de Lemberg

(216 km de Nancy)

Cristallerie de Lemberg

Ultime étape de la Route du verre et du cristal : l’ancienne cristallerie de Lemberg

C’est une bien triste destinée que celle de la Cristallerie Lorraine de Lemberg. L’épopée commença en 1925. Théodore Heitzman, boulanger fournisseur de la cristallerie de Saint-Louis, perdit une grande partie de son chiffre d’affaires lorsque la manufacture décida d’ouvrir sa propre boulangerie. Entrepreneur dans l’âme, il prit le risque d’ouvrir sa propre cristallerie dans le village voisin de Lemberg. Il embaucha 20 maîtres-verriers qui fabriquèrent un cristal d’excellente qualité (24 à 30 % teneur en plomb). Dans les années 1930, la cristallerie comptait plus de 200 ouvriers. Dans les années 1950, on comptait parmi ses clients les grands-magasins parisiens : Le Bon Marché, La Samaritaine et les Galeries Lafayette.

Les péripéties de la cristallerie

Malheureusement, les ennuis commencèrent à partir de 1968. La concurrence était devenue rude et le manque d’intérêt auprès des jeunes acheteurs n’arrangea en rien les affaires de la Cristallerie Lorraine. En 1973, l’entreprise mit la clé sous la porte et 280 salariés furent licenciés. En 1976, elle ressuscita grâce à la ténacité de Joseph Grébil, un ancien salarié. En 1990, il vendit l’entreprise à la cristallerie Lalique de Wingen-sur-Moder. Malheureusement, malgré quelques débuts prometteurs, la cristallerie de Lemberg ferma définitivement en 1997. Que devinrent les actifs de la cristallerie ? Ils furent vendus aux enchères entre 1997 et 1999. Le CIAV et la Maison du Verre et du Cristal à Meisenthal se portèrent acquéreurs d’environ 1000 dessins, modèles de croquis et autres documents.

Poursuivez la Route du verre et du cristal en empruntant la D37 jusqu’à Bitche tout proche.


L’arrivée à Bitche

Citadelle de Bitche © V.degouy - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons copy

L’arrivée de la Route du verre et du cristal à Bitche © V.degouy – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Après avoir parcouru les 225 km de la Route du verre et du cristal, vous voici arrivé à Bitche.

Ne manquez pas de visiter l’imposante citadelle de Bitche, chef d’œuvre d’art militaire de Vauban (1683-1697).

De là, vous pouvez continuer votre voyage dans la région en choisissant un trajet parmi deux directions opposées :

  • En route vers Sarreguemines, avec la découverte des ouvrages de la Ligne Maginot (Simserhof, Fort Casso) et le parc archéologique européen de Bliesbruck.
  • En route vers Wissembourg, en traversant les Vosges du Nord à la limite de l’Allemagne. Découverte de nombreux châteaux forts en ruine : Lutzelhardt, Wasigenstein, Fleckenstein…

Hors-parcours : Verrerie-cristallerie de Vannes-le-Châtel

Pour terminer, voici un autre site en-dehors de la Route du verre et du cristal : Vannes-le-Châtel.

Niché dans le Toulois, le petit village de Vannes-le-Châtel est un lieu incontournable pour l’art verrier en France. Déjà, en 1765, une verrerie y vit le jour dans le village voisin d’Allamps dont le bois appartenait à la comtesse de Mazirot de Reims. Cette dernière, souhaitant valoriser l’exploitation de son domaine, y fonda une verrerie. Elle vendit son affaire en 1788 à Nicolas Griveau. Mais c’est sous la direction de la Famille Schmidt (1823-1908) que la manufacture prit son essor.

En 1960, elle fusionne avec d’autres verreries et cristalleries (Bayel, Portieux, Vallérysthal et Fains) pour devenir la Compagnie Française du Cristal. Elle passa progressivement du verre au cristal entre 1962 et 1964 et commercialisa ses créations sous la marque « Cristal de Sèvres ». Depuis, la manufacture est entrée dans le giron de la Société Daum de Nancy.

Le Cerfav de Vannes-le-Châtel

Vannes-le-Châtel

Atelier à Vannes-le-Châtel

Aujourd’hui, Vannes-le-Châtel abrite le Cerfav, le Centre Européen de Recherches et de Formation aux Arts Verriers. Cette plate-forme verrière unique en son genre propose des stages de perfectionnement et des formations diplômantes dans les arts et techniques du verre. Le Cerfav propose des visites guidées ouvertes à tous. Vous pourrez assister à une démonstration de soufflage de verre et visiter les ateliers de formation.

Pour en savoir plus (site officiel)


Pour en savoir plus sur la Route du verre et du cristal

Quelques sites web et blogs :


Petit glossaire des métiers du verre et du cristal


Si vous trouvez que mes articles vous plaisent ou vous ont rendu service, n’hésitez pas à les partager sur Twitter ou Facebook. Cela me ferait super plaisir, et en plus cela me motive à continuer à en écrire davantage ! 🙂

Inspiré par la lecture de cet article sur la Route du verre et du cristal en Lorraine ? Une épingle pour Pinterest :

Découvrez la Route du verre et du cristal en Lorraine sur le blog Mon-Grand-Est.fr

 


 

Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

7 commentaires

  1. bonsoir et merci pour cette véritable encyclopédie, les verriers me fascinent depuis mon enfance ,alors là je suis comblée , je n’ai pas encore regardé la totalité de ces reportages, j’en garde pour plus tard. C’est toujours avec un grand plaisir que je vous lis.

  2. Bonjour

    Très beau voyage à travers les cristalleries. Cela vaut le détour
    C est magnifique,
    J ai eu beaucoup de plaisir de retrouver ces cristalleries.
    Thème très interessant
    Bonne continuation

    • Hello Michelle, merci beaucoup pour ton message, ravi que ça te plaise ! à très bientôt, j’espère en juin dans nos montagnes de Savoie ! 🙂

  3. Une découverte pour moi cette route du verre et du cristal. Je situais à peu près Bacarat, mais pour le reste …
    Très jolie visite guidée qui invite à aller faire un tour en Lorraine que je connais si peu : il faut bien avouer que pour un habitant de Grasse la Lorraine est au bout du monde ! Mais pour le plaisir de voir les très belles œuvres de ces cristalleries ça vaut sûrement le voyage.

    • Oui Alain, c’est sûr que la Lorraine ce n’est pas la porte à côté des Alpes Maritimes ! Merci pour ton commentaire et j’espère qu’un jour tu pourras découvrir les richesses du Nord-Est (et pas que les cristalleries 🙂 )!

  4. Pingback: VISITE DU MUSÉE DU CRISTAL BACCARAT | Vessière Cristaux

Leave A Reply

*