Les tours et remparts de Kaysersberg

0

Les vestiges des remparts de Kaysersberg sont toujours visibles aujourd’hui. Initialement rattachée à l’enceinte du château, la muraille était ponctuée de six tours de défense dont cinq nous sont parvenues.


Brève histoire des remparts de Kaysersberg

Kaysersberg Alsace

Vue générale de Kaysersberg © French Moments

Kaysersberg s’est développé au débouché de la vallée de la Weiss, sur la route reliant la Haute Alsace au duché de Lorraine par le col du Bonhomme. C’est cet endroit stratégique qui a logiquement été choisi pour la construction d’une forteresse (l’actuel château). Celui-ci verrouillait l’entrée de la vallée et en contrôlait le passage.

Kaysersberg

Le château de Kaysersberg © French Moments

Ainsi, la première mention écrite de Kaysersberg évoque l’achat d’un petit château par l’empereur du Saint-Empire Frédéric II (1194-1250). Car l’empereur (un Hohenstaufen, petit-fils de Barberousse) était à cette époque en conflit avec le Duc de Lorraine. Ce dernier convoitait les terres et menaçait d’envahir la Haute-Alsace. Le site fut immédiatement fortifié pour devenir une forteresse imposante. Une bourgade prospère se développa au pied du château, entourée de forêts et de vignes. Elle fut ceinte de remparts, reliés directement à l’enceinte même du château.

Kaysersberg

Les remparts de Kaysersberg rattachés au château © French Moments

Au 13e siècle, la ville se développa à l’intérieur d’une première enceinte. Des vestiges de cet ouvrage sont visibles de la rue de l’ancien Hôpital (vers le parking).

remparts de Kaysersberg

La première enceinte de Kaysersberg (rue de l’ancien hôpital) © French Moments

Vers 1371, une deuxième enceinte franchit la Weiss pour englober le quartier de la rue des Potiers.

Puis, en 1424-1432, une troisième enceinte élargit le périmètre de la cité à l’est et à l’ouest, de la porte Basse à la porte Haute.

Le pont sur la Weiss, reliant la vieille ville et la ville haute, fut reconstruit en pierre en 1514. Il fut fortifié à l’occasion et demeure un ouvrage de défense militaire unique en Alsace.

Kaysersberg

Le pont fortifié de Kaysersberg © French Moments

Originellement situées à l’entrée de la ville, les portes Haute et Basse, fortifiées, ont été démolies en 1806. Au 19e siècle, les fossés furent remplacés par une promenade et un terrain de tir. Il existe encore aujourd’hui des vestiges bien visibles des fortifications et des tours de défense.


Les tours de défense

Kaysersberg

La tour des sorcières vue du château de Kaysersberg © French Moments

Parmi les six tours de défenses construites le long des remparts de Kaysersberg, cinq sont encore visibles aujourd’hui. Elles datent toutes des 14e et 15e siècles et furent occupées à tour de rôle par quatre corporations de la cité. Ainsi, un règlement intérieur confiait aux boulangers, tanneurs, tonneliers et vignerons la responsabilité de défendre leur ville par le partage de tronçons de remparts d’une tour à l’autre.

Itinéraires

  afficher les options

 

La Tour des Sorcières

Kaysersberg

La Tour des Sorcières © French Moments

Cette tour de 20 mètres de hauteur, la plus proche du château, est située côté vignoble. Elle jouxte l’ancienne résidence des Reichenstein (aujourd’hui le Chambard). La tour, érigée au 14e siècle, porte le nom de “Tour des Sorcières” ou “Juncker Hansen Turm” (Tour du Seigneur Jean). On y enfermait les voleurs et autres criminels jusqu’à la Révolution.

 

La Tour de l’Hôpital

Kaysersberg

La Tour de l’Hôpital © French Moments

La Tour de l’hôpital ou “Burger Turm” se situe juste derrière l’ancien hôpital. Construite au 15e siècle, elle servait de poudrière.

 

La Tour Kessler

remparts de Kaysersberg

La Tour Kessler à Kaysersberg et le château en arrière-plan © French Moments

D’une hauteur de 22 mètres, la Tour Kessler ou « Kessler Turm » est la plus haute des tours de défense. Cette tour carrée fut construite en 1371. La porte d’origine pour accéder à la tour est celle qui se situe en hauteur. En effet, on y accédait par une échelle, que l’on retirait pour la protéger des assaillants !

Une plaque commémorative accrochée au mur de la tour rappelle le souvenir des 20 internés qui attendirent leur déportation pendant l’occupation nazie :

« En souvenir des 79 déportés-internés victimes de la barbarie hitlérienne. Le 15 février 1943, l’occupant organise le conseil de révision de Kaysersberg. De violentes manifestations se soldent par l’arrestation d’une trentaine de personnes, 20 réfractaires sont incarcérés dans cette tour attendant leur destin tragique. Le patriote Henri JAEGLE est fusillé au camp de Struthof ». Puis suivent les noms de 20 conscrits réfractaires.

Aujourd’hui, la Tour Kessler affiche une image plus paisible avec un nid de cigogne (habité) sur la pointe du toit en pavillon.

 

La « Pfaffenturm »

Pfaffenturm Kaysersberg

La Pfaffenturm à Kaysersberg © French Moments

De cette tour ronde des remparts de Kaysersberg ne subsiste que la partie basse avec archères et canonnières.

 

La Tour de la Porte Haute

remparts de Kaysersberg

Tour de la Porte Haute à Kaysersberg © French Moments

La Tour de la Porte Haute, haute de 12 mètres, date du 15e siècle. En qualité de tour de guet, elle servait à la défense de la ville en fermant le chemin de ronde. de plan carré, la tour a gardé ses meurtrières. Elle est située non loin du musée du Docteur Schweitzer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour en savoir plus Kaysersberg, suivez le lien !

Vous aimez cet article ? Partagez-le sur Facebook ou twitter !


 

Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

Leave A Reply


*