Remiremont : Découverte d’une ville au riche passé

2

On donne le surnom de “Belle des Vosges” à Remiremont, ce qui lui va très bien ! Sur la route qui me menait de Mulhouse à Nancy, je me suis arrêté à Thann pour visiter la Collégiale Saint-Thiébaut. Puis, nous avons passé le col de Bussang pour rejoindre la Haute-Vallée de la Moselle. Avant de poursuivre notre route vers Nancy, je me suis arrêté à Remiremont. Juste parce que je voulais une nouvelle fois revoir ses maisons à arcades fleuries et son église au magnifique clocher à bulbe. Faisons-y halte ensemble !

 

Remiremont : c’est l’histoire d’une célèbre abbaye

Si nous vivions au moyen-âge, nul doute qu’à la seule mention de Remiremont, tout le monde associerait la ville à son couvent de nobles femmes. En effet, au moyen-âge, la cité vosgienne et son abbaye était une principauté ecclésiastique du Saint-Empire romain germanique.

Remiremont en 1826 © Ji-Elle - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Remiremont en 1826 © Ji-Elle – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Les nobles Dames de Remiremont

Au 7e siècle, un noble d’Austrasie nommé Romaric, choisit le confluent de la Moselle et de la Moselotte pour y fonder deux monastères. Un pour les hommes (au Saint-Mont) et un pour les femmes (à Remiremont).

Mais, bientôt, une abbaye pour femmes remplacent les moines solitaires.

Vers la fin du 13e siècle, on abandonne la règle bénédictine. Ainsi, pour espérer être admises au chapitre des Dames, les damoiselles doivent faire preuve de 16 quartiers de noblesse.

Et le moins que l’on puisse dire, le recrutement est plutôt très… mondain. En effet, les Dames de Remiremont mènent une existence qui n’a rien de rigide et monacal. Leur mère-abbesse est la seule à prononcer des vœux. D’ailleurs, cette noble personne porte le titre de princesse du Saint-Empire. Elle ne relève que du Pape (pour le pouvoir spirituel) et de l’Empereur (pouvoir temporel).

L’abbaye possède des terres, dont le lac de Longemer dans la Vallée des Lacs.

 

Les Drôles de Dames de Remiremont !

Quant aux chanoinesses, elle sont libres.

Et même fort libres, si l’on en croît d’anciennes chroniques !

Ainsi, on raconte qu’au concile de Remiremont, elles sont occupées à discuter, non des dogmes de l’église, mais de l’amour et de ses charmes…

Leurs seules obligations est d’assister à la messe et d’élire… la mère-abbesse.

L’abbaye s’apparente en réalité à un séminaire de filles nobles à marier.

Une chanoinesse de Remiremont (1718)

Une chanoinesse de Remiremont (1718)

La mère-abbesse, Catherine de Lorraine (1573-1648), fille du duc Charles III, tente effectivement de mener à bien quelques réformes.

Mais les chanoinesses de Remiremont ne veulent rien entendre. Pourquoi changer une règle si aimable ?

La pauvre Catherine devra se résigner et fonder une autre abbaye pour porter ses saintes exhortations.

La fin de l’abbaye

Toutes les bonnes choses ont une fin… et l’abbaye fait les frais de la Révolution française, dispersant les nobles Dames de Remiremont vers d’autres horizons. Le couvent perd son existence légale et le 7 décembre 1790, on appose les scellés sur l’église abbatiale.


Petite visite de Remiremont

La commune de Remiremont compte moins de 9000 habitants (les Romarimontains et Romarimontaines). Le centre historique n’est pas bien grand et une à deux heures suffiront pour la visite, voire plus si vous visitez les deux petits musées.

Les arcades fleuries

La petite cité vosgienne est réputée pour ses belles arcades fleuries. Témoin de l’urbanisme des 16e, 17e et 18e siècles, elles bordent des deux côtés l’ancienne Grande-Rue, rebaptisée rue Charles-de-Gaulle.

Année 2020 - Remiremont © French Moments

Les arcades de Remiremont © French Moments

Prenez le temps d’observer les arcades. Leurs arcs adoptent des formes différentes, rompant avec la monotonie et donnant à la rue un caractère très pittoresque :

  • des arcs étroits en plein cintre
  • des arcs d’une largeur moyenne et surbaissée
  • ou des arcs larges en anse de panier, etc.
Remiremont - Les arcades de la Grand-Rue © French Moments

Les arcades de la Grand-Rue © French Moments

A la belle saison, les piliers des arcades sont fleuris de géraniums et autres fleurs. Il est alors plaisant de faire les boutiques le long de ces passages voûtés, à l’abri du soleil ou de la pluie !

Les arcades de la Grand-Rue © French Moments

Rue du Général-de-Gaulle © French Moments

Remiremont - Les arcades fleuries de la Rue du Général-de-Gaulle © French Moments

Les arcades fleuries de la Rue du Général-de-Gaulle © French Moments

La statue du Volontaire de 1792

Au carrefour de la rue Charles-de-Gaulle et de la rue de la Xavée se trouve la statue en bronze du Volontaire de 1792. Il s’agit d’une œuvre du sculpteur Paul-François Choppin (1556-1937), inaugurée en 1899 pour le 110ème anniversaire de la Révolution Française.

La statue du Volontaire de 1792 © French Moments

La statue du Volontaire de 1792 © French Moments

La statue rappelle un fait historique. En effet, l’arrondissement de Remiremont s’était distingué en 1792 par l’envoi d’un nombre très élevé de soldats pour la défense de la jeune et fragile République française.

La place de Lattre de Tassigny et la fontaine des Dauphins

La jolie place est bordée de cafés et restaurants. Au centre se trouve la fontaine des Dauphins, aussi connue sous le nom de “fontaine Marie-Thérèse” ou “fontaine de la Dauphine”.

Remiremont - Place De Lattre de Tassigny © French Moments

Place De Lattre de Tassigny © French Moments

La fontaine monumentale fut inaugurée le 10 septembre 1828 par Marie-Thérèse, duchesse d’Angoulême et fille aînée de Louis XVI et de Marie-Antoinette d’Autriche. La duchesse venait régulièrement prendre les eaux non loin de là, à Plombières-les-Bains.

Cette grande fontaine comporte un grand bassin circulaire en grès. Trois dauphins crachant de l’eau supportent une succession de trois vasques. 

Remiremont - Place De Lattre de Tassigny © French Moments

La fontaine des Dauphins © French Moments

Remiremont - Place De Lattre de Tassigny © French Moments

La place De Lattre de Tassigny © French Moments

Les fontaines de Remiremont

La fontaine des Dauphins fait partie des 19 fontaines publiques que compte la Cité des Chanoinesses.

Le ministère de la Culture en a classé 10 : deux du 18e siècle et huit du 19e siècle.

Le quartier canonial des Nobles Dames de Remiremont

Le quartier canonial est le nom donné à un quartier de Remiremont composé de :

  • l’église capitulaire (église abbatiale Saint-Pierre) qui était réservée à l’usage des chanoinesses,
  • le Palais Abbatial, résidence de la mère-abbesse.
  • et les maisons des Chanoinesses.

L’église abbatiale Saint-Pierre

L’édifice actuel de l’ancienne église abbatiale remonte au 13e siècle. Il repose sur deux églises antérieures :

  • l’église carolingienne (7e-9e siècles)
  • l’église romane (11e siècle)

Construite en grès des Vosges, elle est en majeure partie de style gothique.

Année 2020 - Remiremont © French Moments

L’église abbatiale de Remiremont et son clocher à bulbe © French Moments

La façade et le célèbre clocher à bulbe datent du 18e siècle.

Le portail est très sobre, voire dépouillé :

Eglise abbatiale de Remiremont © French Moments

La façade de l’église abbatiale et le clocher © French Moments

Le clocher s’apprécie mieux vu de loin :

Eglise abbatiale de Remiremont © French Moments

Le clocher de l’église abbatiale © French Moments

Eglise abbatiale de Remiremont © French Moments

L’église abbatiale © French Moments

Le bulbe du clocher n’est pas sans rappeler ceux de Savoie :

Clocher-bulbe de l'église abbatiale de Remiremont © French Moments

Le bulbe du clocher © French Moments

L’intérieur – partie supérieure

A l’intérieur, la nef gothique – plutôt sobre – contraste avec le chœur et son retable monumental, riche en marbre du 17e siècle.

Eglise abbatiale de Remiremont © French Moments

La nef de l’église © French Moments

Eglise abbatiale de Remiremont © French Moments

Le chœur de l’église © French Moments

Les clés de voutes représentent de magnifiques soleils peints, datés de 1495.

Eglise abbatiale de Remiremont © French Moments

Les voûtes de la nef © French Moments

Eglise abbatiale de Remiremont © French Moments

Une des clés de voûtes représentant le soleil © French Moments

La chaire à prêcher est richement ornée.

Eglise abbatiale de Remiremont © French Moments

Les statues de la chaire à prêcher de l’église © French Moments

Eglise abbatiale de Remiremont © French Moments

Le toit de la chaire à prêcher © French Moments

A droite du chœur, la statue de Notre-Dame-du-Trésor est le “trésor” de Remiremont. Mélange d’art byzantin et roman, elle date du 11e siècle.

Statue de Notre-Dame-du-Trésor © Christophe.Finot - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Statue de Notre-Dame-du-Trésor © Christophe.Finot – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Quelques uns des vitraux :
Année 2020 - Remiremont © French Moments

Vitrail de l’église de Remiremont © French Moments

La résurrection de Jésus-Christ :

Vitraux de l'église abbatiale de Remiremont © French Moments

Vitraux de l’église abbatiale © French Moments

Et le vitrail juste au-dessus, Dieu le Père et la colombe du Saint-Esprit. On confondrait presque Dieu avec le Père Noël !

Vitraux de l'église abbatiale de Remiremont © French Moments

Vitraux de l’église abbatiale © French Moments

L’intérieur – la crypte

Le chœur est surélevé, ce qui trahit la présence d’une crypte. Celle-ci date du 11e siècle. Elle présente des voûtes d’arêtes soutenues par des colonnes monolithes.

La crypte de l'église abbatiale © Christophe.Finot - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

La crypte de l’église abbatiale © Christophe.Finot – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

La crypte se compose de trois chapelles :
  • la première contient des sarcophages,
  • la galerie centrale présente des voûtes d’arêtes soutenues par des colonnes monolithes,
  • la troisième est partiellement couverte de peintures murales des 14e et 15e siècles.

Peintures murales de la crypte © Christophe.Finot - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Peintures murales de la crypte © Christophe.Finot – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

L’église, réservée aux chanoinesses, est devenue église paroissiale après la Révolution française, sous le vocable de Notre-Dame de Remiremont.
Plan de l'église de Remiremont © Brostoler - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Plan de l’église © Brostoler – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

L’ancien palais abbatial

Accolé à l’église Saint-Pierre, l’ancien palais abbatial possède une belle façade de style néo-classique. C’est ici que résidait l’abbesse et les dignitaires de sa maison.

Année 2020 - Remiremont © French Moments

L’ancien palais abbatial de Remiremont © French Moments

Au milieu du 18e siècle, l’Abbesse Anne-Charlotte de Lorraine commandita le palais et choisit pour maître d’œuvre, l’architecte nancéien Jean-Nicolas Jennesson (1686-1755), connu pour avoir édifié l’église Saint-Sébastien de Nancy. Les travaux durèrent 4 ans, de 1752 à 1756.

Le style néo-classique du bâtiment n’est pas sans rappeler d’autres réalisations néo-classiques dans le duché de Lorraine. Ainsi, le palais abbatial de Remiremont est contemporain de la place Stanislas à Nancy.

Le Palais abbatial comprend trois façades distinctes : 

  • la façade en forme d’éventail donnant sur le jardin privatif de l’Abbesse (le Jardin des Olives), 
Façade en forme d'éventail de l'ancien palais abbatial © Christophe.Finot - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Façade en forme d’éventail de l’ancien palais abbatial © Christophe.Finot – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

  • la façade qui sert d’entrée depuis la place de l’Abbaye (remaniée après la Révolution Française)
Hôtel de Ville de Remiremont © French Moments

Le bâtiment depuis la place de l’abbaye © French Moments

  • et, la plus belle (à mon avis !), la façade qui s’ouvre sur la Place Henri Utard, avec sa belle cour pavée
Palais abbatial de Remiremont © French Moments

La façade du palais abbatial © French Moments

Le jardin et la fontaine aménagés devant le palais abbatial sont un endroit très photogénique !

Palais abbatial de Remiremont © French Moments

Le palais abbatial © French Moments

Palais abbatial de Remiremont © French Moments

Jardins et fleurs devant le palais abbatial © French Moments

Palais abbatial de Remiremont © French Moments

Le palais abbatial © French Moments

Hôtel de Ville de Remiremont © French Moments

Fer forgé à l’Hôtel de Ville de Remiremont © French Moments

L’Office de Tourisme organise des visites guidées pour découvrir l’intérieur de l’ancien palais abbatial devenu mairie : le cabinet de jour de l’Abbesse, le salon des mariages et le grand salon.

Non loin de là se trouve le parc Zeller et sa roseraie. Un bel endroit pour faire une petite pause dans la verdure.

Les maisons de chanoinesses

Dans le quartier canonial subsistent quatorze maisons de chanoinesses des 17e et 18e siècles.

Ces belles maisons particulières sont facilement reconnaissables à leur façade classique et harmonieuse.

Remarquez au-dessus de la porte d’entrée le petit fronton. On y accrochait les armoiries des différentes familles nobles. Ces maisons sont aujourd’hui des maisons privées, à l’exception de celle qui abrite le Musée Charles Friry.

La maison-musée Charles Friry

Le musée occupe un ancienne demeure de chanoinesse, proche de l’église.

Il contient une riche collection héritée des Dames de Remiremont ou qui se rapporte à l’histoire locale : documents, statues, objets d’art, peintures des 17e et 18e siècles, gravures et pièces de mobilier.

Musée Charles Friry © Ji-Elle - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le musée Charles Friry © Ji-Elle – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le musée est réputé pour sa peinture du célèbre peintre lorrain, Georges de La Tour : Le Veilleur à la sacoche.

Georges de La Tour Le Veilleur [Domaine Public]

Georges de La Tour Le Veilleur [Domaine Public]

Ne pas manquer le beau jardin du musée qui reconstitue en partie le « Grand Jardin » de l’abbaye, avec ses deux fontaines ornementales et d’anciens vestiges.
Un des vestiges du Grand Jardin du Chapitre © Ji-Elle - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Un des vestiges du Grand Jardin du Chapitre © Ji-Elle – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le musée municipal Charles-de-Bruyères

Ce petit musée expose l’histoire de Remiremont et l’artisanat vosgien : mobilier, verreries, faïences, dentelles, cires habillées.

Musée Charles de Bruyères © Jil-Elle - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Musée Charles de Bruyères © Jil-Elle – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

On y trouve aussi des manuscrits précieux, des tentures peintes, des sculptures gothiques provenant de l’ancienne abbaye, des faïences du 18e siècle, des peintures hollandaises du 17e siècle et des peintures françaises du 19e siècle.
Plat d'ornement en faïence de Lunéville par Auguste Majorelle © Ji-Elle - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Plat d’ornement en faïence de Lunéville par Auguste Majorelle © Ji-Elle – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

La promenade du Calvaire

Si vous avez encore un peu de temps (et d’énergie), montez au calvaire (accès par l’avenue du Calvaire puis la rampe du Calvaire).

Vous serez récompensé par une belle vue sur l’église abbatiale et son clocher à bulbe, la cité vosgienne et la vallée de la Moselle.


A découvrir aux alentours

Remiremont est une des portes du Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Elle se situe au carrefour des hautes-vallées vosgiennes qui attirent de nombreux touristes en été comme en hiver.

Au sud-ouest, Plombières-les-Bains, station thermale et agréable lieu de séjour. A proximité, la station de montagne du Val d’Ajol et les cascades du Géhard et de Faymont.

Plombières-les-Bains © French Moments

Vue générale de Plombières-les-Bains © French Moments

Au nord, la Tête des Cuveaux (783 m) avec table d’orientation, et Epinal, chef-lieu du département des Vosges.

Epinal © French Moments

Epinal vue du parc du château © French Moments

A l’est, Gérardmer et son lac.

Le lac de Gérardmer © Christian Amet - licence [CC BY 2.5] from Wikimedia Commons

Le lac de Gérardmer © Christian Amet – licence [CC BY 2.5] from Wikimedia Commons

Au sud-est, le Saint-Mont et sa vue panoramique sur Remiremont, la Haute-Vallée de la Moselle avec la source de la rivière à Bussang et le sommet du Ballon d’Alsace (1247 m).
La source de la Moselle © French Moments

La source de la Moselle © French Moments


Où séjourner à Remiremont ?

Remiremont est la porte de la haute vallée de la Moselle, au carrefour des axes routiers menant à Nancy, Mulhouse et Besançon. Vous trouverez plusieurs idées d’hébergement en cliquant ici. Ou bien, laissez-vous guider en navigant sur la carte ci-dessous :



Booking.com


Pour en savoir plus sur la “Belle des Vosges”

Sites de référence

Deux épingles pour Pinterest

Remiremont Pinterest © French MomentsRemiremont Pinterest © French Moments

Cet article vous a plu ? Merci de le partager autour de vous sur facebook, twitter ou pinterest ! 🙂


 

Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, en Lorraine et en Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Europe avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique. Après avoir résidé quelques années en Ile de France et en Savoie, il promeut aujourd'hui la France depuis l'East Sussex en Angleterre.

2 commentaires

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.