Découvrir la place du marché-aux-cochons-de-lait

0

Voilà un nom bien long pour une petite place de Strasbourg ! Située entre la place de la cathédrale et les berges de l’Ill, la ravissante place du marché-aux-cochons-de-lait vous charmera par la beauté de ses maisons à colombages joliment ornées. Tel un repère intemporel, la cathédrale veille sur les lieux du haut de sa flèche.


Découvrir la place du marché-aux-cochons-de-lait

J’ai appris l’existence de cet endroit un peu hasard en feuilletant les pages d’une brochure touristique. Quand on allait sur Strasbourg, notre itinéraire était tout tracé. Ce n’était pas pour faire du tourisme mais plutôt par nécessité (traduisez : pour faire les magasins !)

place du marché-aux-cochons-de-lait

Un après-midi sur la place du marché-aux-cochons-de-lait à Strasbourg © French Moments

La place est un coin de flânerie avec ses maisons à colombages de style Renaissance (16e et 17e siècles). L’on y trouve les terrasses de cafés et restaurants qui, en été, lui donne un air festif. Cette ambiance, je l’ai vécue dans toutes les villes des pays rhénans. Je lui ai donné un nom : la joie de vivre rhénane.


La place du marché-aux-cochons-de-lait : quel drôle de nom !

place du marché-aux-cochons-de-lait

Sur la place du marché-aux-cochons-de-lait à Strasbourg © French Moments

Pourquoi ce nom ? Pour une raison simple : la place du marché-aux-cochons-de-lait accueillait un marché dans lequel on vendait le fameux cochon (Ferkelmarkt ou Ferikelmärik).

A partir de 1240, le site a abrité le marché au bois (Holzmerket). Ce n’est que depuis 1792 que la petite place s’est spécialisée dans le commerce du porc (ou marché aux cochons de lait).


L’histoire du sabot de l’empereur

On pourrait presque en faire une scène de film du type « Cendrillon au rôle inversé ». L’histoire que je vais vous raconter se passe en 1414. Cette année, l’empereur du Saint-Empire Sigismond se rend en visite à Strasbourg. Le souverain était connu pour sa galanterie, faisait acte de respect et de courtoisie à l’égard des femmes.

Sigismond

L’empereur Sigismond et ses drôles de dames

Le matin, alors qu’il était encore couché, les Strasbourgeoises de la noblesse vinrent l’inviter à une fête. L’empereur sauta hors du lit et toujours empressé, il les suivies le plus naturellement du monde. Mais voilà, dans sa précipitation, Sigismond n’avait pas eu le temps de chausser ses bottes. Et c’est pieds nus qu’il marcha dans les rues de Strasbourg. Les Strasbourgeoises s’en aperçurent et prirent pitié du galant empereur. Lorsque le groupe traversa la place du Marché-aux-cochons-de-lait, elles achetèrent à la maison du coin une paire de sabots. Sigismond put continuer son chemin plus confortablement et participer à la fête.

Place du marché-aux-cochons-de-lait

Place du marché-aux-cochons-de-lait à Strasbourg © French Moments

Aujourd’hui, la maison située à l’emplacement du sabotier est connue sous le nom de « Maison au cochon de lait ». La demeure à pans de bois est magnifique. Remarquez sa double galerie de balustres de bois, signe de la richesse de l’ancien propriétaire des lieux. Si vous prenez le temps d’observer quelques détails, vous remarquerez les fenêtres sculptées portant les dates de 1477 et 1613. La maison fut effectivement construite en 1477 et restaurée en 1602 et 1613.

place du marché-aux-cochons-de-lait

La maison du cochon-de-lait à Strasbourg © French Moments

Quant à l’histoire du sabot de l’empereur, elle est matérialisée par une curieuse girouette en forme de sabot. La voyez-vous ? Levez les yeux… tout en haut, sur le toit du pignon !


La rue du maroquin

La rue étroite et animée du maroquin relie la place du marché-aux-cochons-de-lait à la place de la cathédrale. La rue du Maroquin (ou Kurwegass) est bordée de plusieurs restaurants et winstubs (mais aussi des boutiques de souvenirs) installés dans de belles demeures à pans de bois. Certaines datent des 16e et 17e siècles.

Rue du Maroquin

Winstub rue du Maroquin à Strasbourg © French Moments

Rue du Maroquin / Marocain ? Oui, les deux mots ont une origine commune. Pour rappel, le maroquin est une peau de chèvre ou de mouton qui était importée du Maroc. Son grain apparent large et irrégulier est utilisé en reliure de livres et en arts décoratifs. Il était même utilisé sur certains meubles de la Renaissance. On devine facilement qu’il existait une activité de maroquinerie dans la rue, d’où son nom.


Mes conseils pour visiter la place du marché-aux-cochons-de-lait

  • La place est située au cœur de la Grande Île dans une zone très touristique. Préférez si c’est possible la visiter en-dehors des weekends d’été pour éviter la foule de touristes.
  • Si vous souhaitez faire des photos de la place avec la cathédrale, il est préférable d’attendre l’après-midi pour éviter le contre-jour. En revanche, la maison du cochon-au-lait et sa fameuse girouette sont éclairés par le soleil en matinée.
  • Vous trouverez un grand nombre de restaurants dans le quartier. TripAdvisor en a recensé un qui sort du lot : Aux P’tis Crocs (21e sur 1154 restos à Strasbourg) au 6 place de la grande boucherie.
  • Ne manquez pas de flâner dans le quartier si vous êtes de passage à Strasbourg à Noël. La place de la cathédrale et son marché de noël ne sont qu’à deux pas. Je vous invite à explorer la rue du maroquin et la place du marché-aux-cochons-de-lait pour ses décorations et illuminations. Puis rejoignez le Pont du Corbeau par la place de la grande boucherie (qui ressemble plus à une rue).
Noël sur la place du marché-aux-cochons-de-lait

Noël sur la place du marché-aux-cochons-de-lait à Strasbourg © French Moments

  • Des conseils de visite du centre de Strasbourg à nous communiquer ? Ou souhaitez nous faire part de votre ballade ? Laissez-moi un commentaire ci-dessous, je serais heureux de votre retour d’info !
Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

Leave A Reply


*