D’où vient le sapin de Noël ? Des origines à nos jours

0

Il est dressé à l’intérieur de nos maisons à l’approche de Noël. Il tient une place d’honneur dans les marchés de Noël de nos villes. Le sapin de Noël décoré d’ornements et de guirlandes lumineuses est certainement LE symbole de Noël. Celui fêté depuis notre tendre enfance. Depuis plusieurs années, je recherche les réponses à la question ‘d’où vient le sapin de Noël’… et ce que j’ai découvert m’a vraiment surpris.


Le sapin de Noël est né en Alsace !

Le sapin de Noël serait apparu pour la première fois en Alsace, au 16e siècle. L’histoire raconte qu’à Sélestat, les bois devaient être protégés par la ville contre les dommages causés par ses habitants. Ceux-ci, souhaitant décorer leur arbre de Noël, se servaient tout simplement dans la forêt ! Hache en main, ils y allaient gaiement, trois jours avant Noël, à la Saint-Thomas (fête liturgique qui avait lieu le 21 décembre). Les Sélestadiens ne se contentaient plus de décorer quelques branches : il leur fallait l’arbre entier. Tout et si bien qu’il ne devait plus rester grand chose de la belle forêt au lendemain de Noël…


1521 : la date de naissance au registre de Sélestat

sapin de Noël

La première mention d’un sapin de Noël à Sélestat © Ville de Sélestat

Il fallait remettre de l’ordre dans tout ça et limiter la coupe aux petits arbres seulement. Ainsi, la première mention d’un sapin de Noël coupé pour servir de décoration à Noël date de 1521. Celle-ci est consignée dans les archives de la ville de Sélestat. Conservées dans la célèbre Bibliothèque humaniste, les archives contiennent une mention dudit arbre datée du 21 décembre 1521, page 239. Elle fait référence aux 4 schillings qui revenaient aux gardes forestiers. On leur demandait de faire des heures sup et de veiller sur les sapins de la forêt !

On suppose qu’il ne s’agissait plus de quelques branches coupées, mais bien d’un arbre. Cependant la plus ancienne mention écrite d’un arbre entier coupé pour Noël date de 1605. Elle décrit les usages de la ville Strasbourg sur la décoration de sapins dans les maisons :

« Pour Noël, il est d’usage, à Strasbourg, d’élever des sapins dans les maisons ; on y attache des roses en papier de diverses couleurs, des pommes, des hosties coloriées, du sucre, etc. ».

Petite anecdote : à l’origine, l’on ne décorait pas le sapin dressé sur le sol ou sur une table. Sa cime était pendue au plafond.


Mais pas seulement en Alsace !

J’ai retrouvé d’autres textes qui affirment que la tradition de décorer des branches de sapin était déjà répandue en Rhénanie. Mais un événement religieux a grandement stimulé la tradition du sapin de Noël dans ces régions : la Réforme. Dans les pays et villes protestantes de l’époque, on s’était débarrassé des statues. Celles de Jésus, de la Vierge, des saints et autres personnages bibliques. Naturellement, la crèche de Noël avec ses figurines fut passée à la trappe. Dès lors, le sapin de noël est devenu le nouveau symbole des festivités de la naissance de Jésus. Des pays rhénans, la coutume s’est ensuite progressivement répandue dans tous les Pays allemands, en Scandinavie, en Angleterre puis en France.

A noter, Riga, la capitale lettonne, revendique également l’apparition du premier arbre de Noël décoré… dès 1510 !


Que de symboles dans le sapin !

sapin de Noël

Forêt de sapins © French Moments

Souvenez-vous, contrairement aux arbres feuillus qui perdent leur feuilles à l’automne, le sapin garde ses épines pendant l’hiver. Cet arbre poussant dans les régions tempérées de l’hémisphère nord est souvent associé à l’épicéa. Si vous regardez leurs aiguilles, vous saurez les dissocier :

  • Le sapin se reconnait grâce à ses aiguilles qui sont positionnées à plat (comme un peigne à cheveux). Ses cônes sont dressés vers le haut.
  • Les aiguilles de l’épicéa sont placées tout autour des branches et sont plus piquantes (comme une brosse à cheveux). Les cônes pendent vers le bas.

Pour Martin Luther (1483-1546), le conifère était le symbole d’espoir et de vie éternelle. Une jolie petite histoire raconte comment le réformateur protestant eut l’idée d’illuminer le sapin en rentrant d’une promenade sous un beau ciel étoilé.

Ses décorations ont également parlé aux protestants. Couvert de pommes rouges et de lanternes, il symbolisait la venue du Christ : « la lumière qui illumine le monde ».


Le sapin de Noël : un rite païen ?

sapin de Noël

La forêt en hiver © French Moments

Bien avant d’avoir été un symbole de Noël diffusé dans les pays protestants, la coutume de décorer un arbre à feuilles persistantes date d’une époque beaucoup plus ancienne. La vénérable Encyclopædia Britannica affirme que la tradition était suivie dans l’Antiquité par les Égyptiens, les Romains, les Vikings et les Chinois. On mentionne aussi les Gaulois qui décoraient aussi les chênes… mais aussi Saint-Colomban, utilisant un sapin illuminé pour évangéliser les païens qui peuplaient nos contrées. Pour certains, l’aspect triangulaire de l’épicéa (une variété de conifères) représentait parfaitement la Trinité (contrairement au chêne vénéré par les druides).


La timide introduction du sapin de Noël en France

Reprenez vos vieux cours d’histoire ! Au 16e siècle, l’Alsace ne faisait pas partie du royaume de France. La région faisait partie du Saint-Empire romain germanique. C’est donc assez paradoxal d’affirmer que la tradition du sapin de Noël soit née en France ! Surtout lorsqu’à Paris ou en Provence, on n’en avait jamais entendu parler… Dans les provinces françaises, de majorité catholique, c’était la crèche qui tenait le haut du pavé.

sapin de Noël

Décorations de Noël sur le sapin © French Moments

L’arbre de Noël a fait sa première apparition en Île de France sous le règne de Louis XV. En 1738, Maria Leszczyńska, la reine de France d’origine polonaise, introduisit un sapin décoré à Versailles. Mais il ne semble pas que la mayonnaise ait pris. Plus tard, dans les années 1830, nouvelle tentative d’introduction en France. La belle-fille allemande du roi Louis-Philippe, la duchesse Hélène Louise de Mecklembourg-Schwerin, avait à son tour essayé d’imposer la tradition. À chaque Noël, elle faisait dresser un arbre de Noël dans le Palais des Tuileries à Paris. Mais toujours pas de coup de foudre des Français pour cette drôle de coutume ‘allemande’…

Pendant ce temps, celui-ci s’enracina pour de bon dans les familles protestantes et même catholiques d’Outre-Rhin. Cette mode fut particulièrement suivie et influencée par les familles de la noblesse et de la bourgeoisie.


Le sapin de Noël s’installe enfin pour de bon en France

décoration du sapin de Noël

Bougie allumée sur le sapin de Noël © French Moments

Un événement politique devait tout changer : la guerre franco-prussienne ! Car à l’issue malheureuse de la guerre, les deux départements de l’Alsace et celui de la Moselle en Lorraine furent annexés par la Prusse. Plusieurs optants (les Alsaciens-Mosellans qui ne souhaitaient pas avoir la nationalité allemande) s’installèrent à Paris… Ces nouveaux immigrants apportèrent avec eux la tradition germanique de l’arbre. Progressivement, le sapin de Noël gagna sa place dans les salons des Français.

Même en Normandie !

Preuve de l’expansion fulgurante de la tradition de l’arbre de Noël en France, la Normandie l’avait adoptée avant la fin du 19e siècle. En 1897, Georges Dubosc écrivait dans le Journal de Rouen daté du 25 décembre :

« Devant les yeux émerveillés des tout petits, le verdoyant sapin, illuminé de mille petites lumières tremblotantes, se dresse tout chargé de jouets et de cadeaux qui, pendant des heures, mettent du bonheur dans les âmes de tout ce monde enfantin.

A ces joujoux d’un jour, on joint quelquefois une large distribution de bons vêtements chauds et de hardes neuves : tricots qui recouvrent les petits membres grelottants, mitaines qui préservent des engelures, foulards où s’enfouissent les petits nez rougis par la bise, bonnes galoches qui sonnent sur le pavé au moment des glissades. Et comme il n’est point de belles fêtes sans chanson, on chante quelques-uns de ces jolis noëls naïfs, sur des airs qui ont traversé les siècles et qui n’en sont pas moins une bonne et égayante musique ».

sapin de Noël

La trêve de Noël : sapin dressé pendant la Première guerre mondiale en France

Dans les années 1930, il était devenu un élément à part entière des festivités de Noël dans tous les foyers français.

De nos jours, de grands sapins majestueux sont installés sur les places publiques. Illuminés, ils se dressent sur des lieux prestigieux : le parvis de Notre-Dame de Paris, la place Kléber à Strasbourg, la place Stanislas à Nancy…


Voici quelques pages web intéressantes sur l’origine du sapin de Noël :

  • LE SAPIN DE NOËL : tous les articles

  • Vous avez aimé cet article ? Merci de le partagez-le sur Facebook ou twitter !

    Share.

    About Author

    Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

    Leave A Reply


    *