Interview de Pierre sur Noël en France

0

Nous avons tenu à faire une interview de Pierre sur Noël en France. Pendant la saison de l’Avent, Pierre de French Moments s’est rendu dans plusieurs localités du Nord-Est de la France ainsi qu’à Paris pour participer aux célébrations de Noël organisées par les villes. Voici ses impressions…


French Moments : Bonjour Pierre, est-ce que c’est la première fois que tu découvres la France à Noël ?

Pierre sur la Place Stanislas de Nancy © French Moments

Pierre : Étant né en France, j’ai évidemment vécu plusieurs Noël dans le pays et aussi en Allemagne. Toutefois, c’était la première fois que je visitais autant de localités pendant la période de l’Avent. Quand j’étais enfant, les marchés de Noël en France n’étaient pas aussi répandus et aussi grands. Il y avait bien celui de Strasbourg où nous sommes allés avec mes parents, mais je n’en ai aucun souvenir.


FM : Dans quels endroits t’es-tu rendu en France ?

Pierre : Principalement dans le Nord-Est, en Alsace, Lorraine et Franche-Comté, avec une incursion en Suisse, à Bâle. Je me suis aussi rendu à Paris début décembre, mais la plupart des petits marchés de Noël de quartier n’étaient pas encore ouverts.


FM : Quel a été ton marché de Noël préféré ?

Place de la Cathédrale à Strasbourg © French Moments

Pierre : C’est une question assez difficile à répondre parce que chaque marché de Noël est unique de par son environnement urbain. Le marché de Noël sur la place de la cathédrale à Strasbourg était sublime avec l’impressionnante façade gothique de la cathédrale en toile de fond.

Celui de Mulhouse, avec sa grande roue au milieu de la place, était entourée par trois côtés de maisons illuminées en camaïeu allant du rouge aux tons orangés. Ceci en contraste avec l’éclairage bleu du Temple Saint-Étienne dont les vitraux ajoutaient une note féérique. Mulhouse a été un coup de cœur inattendu. J’ai aussi beaucoup aimé celui de Montbéliard où l’ambiance était fantastique.


FM : Le décor autour d’un marché de Noël est donc si important ?

Dans les rues de Colmar © French Moments

Pierre : Oui, et c’est ce qui fait le succès des marchés de Noël alsaciens. On ne vient pas seulement pour découvrir les produits vendus dans les échoppes. On y vient pour la mise en scène : les éclairages des bâtiments publics ou historiques, les illuminations de rues, la musique d’ambiance ou les fanfares, les bonnes odeurs de nourriture et de vin chaud, etc. En Alsace, les villes de Colmar, Strasbourg ou Kaysersberg profitent du décor qui leur est propre : maisons à colombages, édifices gothiques ou Renaissance, fontaines. Tout est déjà sur place, il ne reste plus qu’à travailler sur la décoration.


FM : Et cela suffit pour en faire un bon marché de Noël ?

Pierre : Oui et non. Mulhouse et Montbéliard nous ont impressionnés de par la qualité de l’événement. On y a le souci du détail et les illuminations contemporaines gardent une touche d’enchantement. Par contre, nous étions un peu déçus par les illuminations de Colmar. Elles m’ont semblé trop datées et font pâle figure par rapport à Mulhouse, Montbéliard ou même Nancy. Parfois, les guirlandes lumineuses à ampoules semblent être jetées sommairement sur les arbres, sans aucun souci de présentation. Les touristes, enchantés par le vieux centre n’y verront que du feu. Mais pour ma part, connaissant Colmar en toutes saisons, je m’attendais à plus de d’élégance dans la mise en valeur du patrimoine.


FM : Et Paris ?

Le marché de Noël sur les Champs-Élysées à Paris © French Moments

Pierre : Eh bien Paris, c’est un peu un “monde à part”. La tradition des marchés de Noël venant d’Alsace, on est en droit de se demander ce qu’il fait là ! À première vue, ça ne fait pas bon ménage, tout à l’air anachronique. Ces chalets blancs le long des Champs-Élysées ? Ce n’est franchement pas très beau. Mais une fois la nuit tombée, la magie opère – surtout aux Champs-Élysées qui se prêtent merveilleusement à cette tradition.

 


FM : D’après toi, il vaut donc mieux visiter les marchés de Noël dès la tombée de la nuit ?

Pierre : C’est tout à fait mon avis ! Souvent, les décorations de Noël ne sont pas très jolies vues de jour. Il faut attendre la tombée de la nuit quand tout s’illumine. Afin de prendre les plus belles photos, nous ne sommes arrivés à destination qu’à partir de 16h30. Soit quinze à vingt minutes avant la tombée de la nuit. Il y a cependant un inconvénient, le froid arrive avec la nuit. Il faut donc bien se couvrir – surtout quand on patiente devant l’appareil photo les mains gelées !


FM : Que dire sur les produits vendus dans les marchés de Noël ?

Produits “authentiques” vendus dans un chalet du marché de Noël de Strasbourg © French Moments

Pierre : Face à l’expansion du phénomène des marchés de Noël en France – on en compte même à Toulouse ou à Bordeaux -, les Alsaciens se devaient de réagir en renforçant le côté traditionnel de l’événement. Ainsi plusieurs comité d’organisation (mais pas tous) ont signé des chartes d’authenticité. Cela leur permet de trier sur le volet les exposants afin qu’aucun ne puisse vendre du “made in China”. Sur les marchés de Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Thann ou Kaysersberg, les échoppes se ressemblent peut-être, mais les produits vendus sont en relation avec Noël. Aux Champs-Élysées, il faut bien chercher avant de trouver un chalet de vente de décorations de Noël, sans parler de celui de La Défense qui m’a beaucoup déçu…


FM : On peut se restaurer dans un marché de Noël alsacien ?

Plats franc-comtois au marché de Montbéliard © French Moments

Pierre : Oui et c’est là l’élément le plus important du marché : on y vient en famille, entre amis ou entre collègues à la sortie du travail pour y manger des saucisses, tartes flambées, gaufres, crêpes, sans oublier le vin chaud ! D’ailleurs, ce sont les chalets qui sont les plus populaires dans un marché de Noël, ceux qui attirent le plus de visiteurs. Au marché de Montbéliard (Franche-Comté), les invités d’honneur étaient la Wallonie et plusieurs chalets vendaient des produits typiquement wallons, dont la fameuse gaufre liégeoise. Une vingtaine de mètres plus loin, sont proposés des plats chauds franc-comtois, tels que pommes de terre longuement mijotées avec des saucisses de Montbéliard, arrosées de vin blanc et nappées de cancoillotte. Je peux vous dire que la bonne odeur qui émanait de ces gigantesques marmites était un sérieux atout commercial !


FM : Quels sont les marchés de Noël que tu aurais voulu visiter ?

Pierre : En un mois, on n’a effectivement pas eu le temps de tout voir ! Dans les années à venir, j’aimerais pouvoir visiter celui de Metz dont on dit qu’il est le deuxième de France après Strasbourg en terme de fréquentation. Et puis, je n’ai pas pu me rendre dans les petites villes du Bas-Rhin, à Obernai notamment. En dehors de la France, ce sont les marchés de Noël allemands qui m’intéressent, particulièrement ceux de Fribourg-en-Brisgau, Heidelberg, Cologne, Munich et Nuremberg. J’ai gardé de bons souvenirs d’enfance de la saison de l’Avent quand nous habitions en Allemagne.


FM : Indépendamment des marchés de Noël, que trouve-t-on d’intéressant à visiter en Alsace ?

La Forêt Enchantée d’Altkirch © French Moments

Pierre : Heureusement, Noël ne se limite pas aux seuls marchés. À la longue, enchaîner la visite de plusieurs marchés deviendrait lassant. On y trouve souvent des chalets identiques à Strasbourg, Colmar ou Montbéliard vendant les mêmes produits. En Alsace, on peut observer une diversification des événements de l’Avent car certaines villes ne trouvent pas d’intérêt à organiser un énième marché de Noël. Par exemple, la petite ville d’Altkirch dans le Sud de l’Alsace a misé sur sa “Forêt Enchantée”. Par endroit, le centre-ville laisse place aux forêts de sapins et des effigies illustrent les contes populaires du Sundgau. Dans la vallée vosgienne de la Doller, la petite bourgade de Masevaux trace chaque année un circuit proposant une dizaine de crèche de Noël. Elles représentent des scènes de la vie traditionnelle alsacienne en période de fêtes.

Un “Noël Bleu” à Guebwiller mettant en scène les bâtiments historiques de la ville © French Moments

À Guebwiller, l’Avent était thématisé autour d’un “Noël Bleu” et une projection vidéo monumentale était lancée sur les façades de deux églises.

Et puis, cette saison comporte deux grands événements majeurs en France : la Fête des Lumières à Lyon (qui n’est pas directement liée à Noël) et la Saint-Nicolas à Nancy. Nous avons assisté à ce dernier événement en compagnie de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Les feux d’artifice tirés sur la Place Stanislas étaient grandioses.


FM : Quelle ville détient le plus beau sapin de Noël ?

Le Grand Sapin de Strasbourg © French Moments

Pierre : D’emblée, je dirais celui de Strasbourg, majestueusement placé sur la Place Kléber. J’ai eu la chance de prendre un beau cliché du sapin avec un clair de lune et la flèche de la cathédrale en arrière-plan. C’était magnifique.

Le sapin de Nancy m’a beaucoup plus au risque d’être impartial car il s’agit de ma ville natale ! Idéalement situé sur la Place Stanislas, il est resté simple mais élégant.

Quant à Thann, plusieurs sapins étaient décorés par les communes voisines, ce qui donnait au marché de Noël un joli décor parfumé d’essence de conifères.

À Paris, nous avons vu le grand sapin Place de la Concorde le soir même de son inauguration. Un journaliste du quotidien Le Parisien nous a demandé notre avis. Pour résumer, c’est sûr que Paris a encore beaucoup à apprendre en matière de décoration !


FM : Des moments insolites ?

La descente du clocher de Thann par le Père Noël © French Moments

Pierre : Je listerai ces petits événements : la venue des Pères Noël en moto à Altkirch. La descente vertigineuse du Père Noël du clocher de l’église de Thann. Mes salutations à Saint-Nicolas à Nancy qui s’est prêté à la séquence photo pour French Moments. Un tour de Grande Roue sur la Place de la Concorde avec une vue magnifique sur Paris. La venue de la neige au retour de notre séjour à Paris début décembre… Sans compter la dégustation de tous ces petits plaisirs gourmands : leckerlis de Bâle, bredalas alsaciens, bûche de Noël, marrons glacés. Il était temps que le Jour de l’An arrive avec son lot de bonnes résolutions !


FM : Est-ce que quelque chose t’a surpris en visitant tous ces endroits de France à Noël ?

Pierre : J’ai observé qu’en Alsace, au nom d’un “Noël authentique”, les Pères Noël sont beaucoup moins visibles que dans le reste de la France. Bien sûr, il n’est pas absent, mais dans le choix des décorations de Noël, il semble que les organisateurs aient privilégié l’origine traditionnelle de la fête. Il y a des crèches de Noël à profusion, mais également des Saint-Nicolas, l’ancêtre vénérable du Père Noël. Cela était bien visible à Kaysersberg. Je n’y ai vu qu’un seul Père Noël parmi tant de crèches et de Saint Nicolas. Il y en avait peut-être d’autres mais je ne les ai pas aperçus.


FM : Est-ce que ces visites t’ont inspiré des projets ?

Illuminations de rues à Strasbourg © French Moments

Pierre : Lors de notre séjour à Strasbourg, Rachel et moi avons été séduits par l’ambiance qui se dégageait des marchés de Noël de la ville. Nous avons l’idée d’organiser un cours intensif de français une année sur le thème de Noël à Strasbourg. Il ne nous reste plus qu’à travailler sur le projet afin de le proposer à nos clients !


FM : Et Noël à Sydney ?

Un bonhomme de neige pour un Noël en plein été à Mosman, Australie © French Moments

Pierre : Il est certain que les décorations de l’Avent à Sydney font pâle figure par rapport à celles que l’on trouve dans les petites villes alsaciennes. Et pourtant, il ne faudrait pas grand-chose pour importer le “savoir-faire” alsacien, peut-être juste un changement des traditions ! Le marché de Noël de Strasbourg a réussi à s’exporter à Tokyo, New York et Moscou, pourquoi pas à Sydney ? Par exemple, dans notre petite localité de Mosman, j’imagine que l’organisation d’un “marché de Noël” typique comme il en existe en Alsace et en Allemagne pourrait attirer un nombre important de visiteurs et de touristes. Cela constituerait une excellente opportunité commerciale pour la banlieue, en plus de l’attraction du zoo de Taronga. On peut rêver, mais Noël à Sydney sera toujours synonyme de barbecues à la plage. Et ceci malgré les Pères Noël qui transpirent sous la chaleur de leur combinaison rouge, les faux flocons de neige suspendus aux vitrines des commerces et les bonhommes de neige gonflés d’air.

FM : Merci Pierre pour ces infos et à bientôt à Sydney !


Cet article a été initialement publié sur www.frenchmomentsblog.com.

Share.

About Author

Leave A Reply


*