Le quartier des institutions européennes à Strasbourg

22

Si vous suivez mon blog depuis quelque temps, vous savez que je suis assidu au RV inter-blogueur #EnFranceAussi, initié par Sylvie du blog Le coin des Voyageurs. Chaque mois, des blogueurs issus de différents horizons se retrouvent pour composer autour d’un thème commun. Ce 1er septembre, Sabrina du blog Tu Paris combien propose de composer autour de “La France cosmopolite”. Et il m’est venu l’idée de vous emmener découvrir un des quartiers les plus internationaux de France (après Paris bien sûr)… un quartier qui fait de cette ville de l’Est le siège d’institutions internationales. Sans être la capitale d’un pays. Au même titre que New York, Francfort et Genève. Je veux parler du quartier des institutions européennes de Strasbourg !

[Il y a un cadeau à gagner dans le cadre du RV #EnFranceAussi. Pour en savoir plus, c’est tout en bas de l’article !]


Un plaidoyer pour l’Europe ?

Dans les années 1980, il était de bon ton de parler “Europe”. C’était tendance.

On n’avait que ce mot à la bouche. Europe par ci, Europe par là…

Europe 1, Europ Assistance, Eurail, Euralille, eurostar, euromillions, eurotunnel, eurosnews, eurosport… d’ailleurs, vous vous souvenez d’euromarché, l’ancienne chaîne d’hypermarchés disparue pour de bon en 1994 ?

Et puis, le rideau de fer est tombé. On a englobé d’un coup des pays d’Europe centrale et orientale. On a créé l’euro. La crise financière de 2008 a ébranlé tout un système…

L’Europe (ou plutôt l’Union européenne) a été accusée de tous les maux possibles et inimaginables.

Les Britanniques vont quitter le navire et les populistes ravivent la flamme de nos nationalismes.

A l’aube des années 2020, l’Europe ne fait plus rêver… elle n’est plus “tendance” comme dans les années 1980.

Et pourtant, on oublie que nous vivons dans la Paix depuis 75 ans. Une paix politique, économique et sociale.

Aussi, devant le désamour des Français pour l’UE, j’ai osé (oui, oui) vous parler d’Europe dans cet article.

Pour mettre en avant un quartier hautement politique et stratégique en Europe. A Strasbourg justement.


Réserver son séjour à Strasbourg

Envie de réserver votre séjour à Strasbourg ?

Découvrez la Grande Ile (centre historique de Strasbourg), la Neustadt (Quartier impérial allemand), le quartier des institutions européennes et le marché de Noël en réservant votre hébergement  dès maintenant ! Explorez la carte ci-dessous ou cliquez ici pour faire votre choix !

Booking.com


Strasbourg l’Européenne

Drapeaux à Strasbourg © French Moments

Strasbourg : ville cosmopolite ! © French Moments

Ce qui m’a frappé à Strasbourg, c’est le nombre de visiteurs intéressés par le quartier des institutions européennes.

J’ai vu d’innombrables touristes se prendre en selfie devant le Parlement européen. Ou admirer le monument à bord d’une croisière Batorama.

Si vous êtes patient, vous apercevrez un certain Nigel Farage. Ce député européen britannique si follement épris de Strasbourg qu’il ne peut s’empêcher de s’y rendre.

Car voyez-vous, Strasbourg est une ville charmante. Qui attire par son caractère rhénan, à la fois jovial et dynamique.

Et je vois venir la question qui vous brûle les lèvres : mais pourquoi donc avoir choisi Strasbourg pour abriter les institutions européennes ?

Strasbourg, symbole de la réconciliation européenne

Il faut remonter au 17e siècle pour comprendre.

Depuis son annexion à la France en 1681, la ville est devenue une ville frontière entre deux puissances européennes : la France et l’Allemagne.

La capitale alsacienne a changé 5 fois de nationalités en moins de 75 ans :

  • 1681 : Strasbourg, ville libre du Saint-Empire romain germanique, est annexée par la France de Louis XIV.
  • 1871 : la ville devient allemande à la suite de la guerre franco-prussienne (1870-71)
  • 1918 : retour à la France après la Première guerre mondiale
  • 1940 : annexation par l’Allemagne d’Hitler
  • 1944 : retour à la France suite à la Libération par les troupes du général Leclerc

Imaginez le traumatisme de la population. Tantôt française, tantôt allemande.

Une fois l’Armistice de 1945 signé, la réconciliation franco-allemande a trouvé son symbole à Strasbourg. Sur les bords du Rhin, fleuve frontière.

L’anecdote du jour !

En 1949, alors que les peuples d’Europe de l’Ouest souhaitaient fonder le Conseil de l’Europe, un certain Ernest Bevin proclamait :

« Voilà une ville qui, plus que d’autres, a été victime de la stupidité des nations européennes qui croyaient régler leurs problèmes par la guerre, maintenant elle doit être appelée à devenir un symbole de réconciliation et de paix ».

C’est beau. C’est sentimental. Ca vous prend aux tripes !

Mais voilà, le premier à avoir proposé de faire siéger le Conseil de l’Europe à Strasbourg était … un Anglais !

Yes of course ! En 1949, Sir Ernest Bevin (1881-1951) était ministre des affaires étrangères du Royaume-Uni et membre du parti travailliste.

Ernest Bevin

Ernest Bevin

Alors, en ces temps troublés à la sauce Brexit, ne nous emballons pas… car les rumeurs les plus folles circulent depuis les années 1950. 

Parce que, franchement, Strasbourg ne faisait pas le poids par rapport aux autres capitales européennes. En choisissant une ville de taille moyenne, de surcroît pauvrement desservie par les airs, qui trouverait l’intérêt de s’y rendre ?

La proposition du politicien britannique n’était-elle pas un piège ?

En éloignant le Conseil de l’Europe des grandes métropoles européennes, il était donc facile d’étouffer le projet dans l’œuf. Etait-ce une manœuvre britannique déguisée pour reléguer le Conseil de l’Europe au second plan des centres politiques ? L’envolée lyrique du ministre britannique n’était donc qu’une façade ? Ahhh, c’est qu’il était facétieux notre Ernest, n’était-il pas ?

Fake-news ou pas, Sir Ernest Bevin peut se targuer d’avoir une rue à son nom à Strasbourg ! Le quai Ernest Bevin qui fait face au Parlement européen est aujourd’hui emprunté par la ligne E du tramway. Sans rancune Sir Ernest !


Le quartier des institutions européennes à Strasbourg

Le quartier des institutions européennes se situe hors des murs de la ville historique. Il s’est développé au nord de Strasbourg, au bord de l’eau. Dans un cadre assez pittoresque à la confluence de l’Ill et du canal de la Marne au Rhin.

Mais ne soyez pas dupes, ce n’est pas non plus la Petite-France de Strasbourg ou la Petite-Venise de Colmar !

Le quartier strasbourgeois comprend le siège d’une vingtaine d’institutions et organismes à la fois européens et internationaux.

Trois d’entre eux jouissent d’une forte influence internationale :

  • le Conseil de l’Europe,
  • le Parlement européen
  • et le Palais européen des Droits de l’homme.

Leurs bâtiments aux proportions monumentales (surtout pour le Parlement) sont devenus emblématiques pour la ville. Oui, pour ses détracteurs, le quartier est affreusement KOLOSSAL !!

Passons outre et commençons la visite !

Carte du quartier des institutions européennes à Strasbourg


Le Conseil de l’Europe

Conseil de l'Europe © Council of Europe - licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

Vue aérienne du Palais de l’Europe, siège du Conseil de l’Europe © Council of Europe – licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

Le 5 mai 1949, soit quatre ans après la fin de la Seconde guerre mondiale, dix Etats européens signaient au Palais Saint-James à Londres l’acte de naissance du Conseil de l’Europe, un organisme intergouvernemental fondé sur les droits de l’Homme :

  • Belgique,
  • Danemark,
  • France,
  • Irlande,
  • Italie,
  • Luxembourg,
  • Norvège,
  • Pays-Bas,
  • Royaume-Uni et
  • Suède

C’est la plus ancienne des grandes institutions européennes établies à Strasbourg après 1945. Elle a tenu sa première réunion en 1949 au Palais de l’Université.

Et pourtant, c’est la moins connue des institutions européennes. La CEE puis l’Union européenne ont depuis pris le devant de la scène sur le plan médiatique.

Une organisation paneuropéenne… qui ne fait pas partie de l’UE !

Aujourd’hui, l’organisation est paneuropéenne. Elle rassemble 820 millions de citoyens et 47 Etats-membres. En fait, tous les pays européens sauf la Biélorussie. Sont également Etats-membres le Groenland, la Russie, la Turquie, la Suisse ou la Norvège (au passage, des pays qui ne font pas partie de l’Union européenne).

Etats Membres du Conseil de l'Europe © Hayden120 and NuclearVacuum - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Carte des Etats Membres du Conseil de l’Europe © Hayden120 and NuclearVacuum – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Ses deux langues officielles sont l’anglais et le français.

Point très important : le Conseil de l’Europe ne fait pas partie de l’Union européenne. On la confond souvent avec une autre institution qui, elle, fait partie de l’UE : le Conseil européen.

Zoom sur le Palais de l’Europe

Le Conseil de l’Europe siège au Palais de l’Europe, construit en 1976-1977. Il s’agit d’un imposant quadrilatère de grès rose, de verre et de métal. Devant son parvis flottent les drapeaux des 47 Etats membres.

Le Palais est l’œuvre de Henry Bernard (1912-1994), également connu pour avoir réalisé la Maison de la Radio à Paris (16e arrt.).

Pour l’architecte, le palais « vise à affirmer simultanément, par la musculature de sa plastique extérieure, que l’union fait la force, tout en manifestant par son ambiance intérieure souriante et sereine, où dominent les courbes, l’ambiance de cordialité confiante nécessaire à la libre confrontation des idées. »

Au cœur du bâtiment se situe l’hémicycle de 500 places. Il est dominé par les courbes formées par les grands arcs en bois apparents. On a l’impression d’être dans un énorme coquillage…

L'hémicycle du Palais de l'Europe © Adrian Grycuk - licence [CC BY-SA 3.0 pl] from Wikimedia Commons

L’hémicycle du Palais de l’Europe © Adrian Grycuk – licence [CC BY-SA 3.0 pl] from Wikimedia Commons

Afin de renforcer la cohésion des peuples, le Conseil de l’Europe a créé deux emblèmes officiels :

  • le drapeau européen
  • l’hymne européen

Qui ont également été adoptés par l’Union européenne !

Le drapeau européen

Vous le connaissez à coup sûr ! Ce drapeau bleu azur avec en son centre une couronne de douze étoiles or.

Le drapeau a été adopté par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe dès 1955.

Il permet à tous les Européens de s’y identifier en plus de leur propre drapeau national. Ce qui n’est pas du goût des eurosceptiques…

Ce fut en 1983 que le drapeau fut adopté par l’Union européenne.

Le nombre d’étoiles est fixé de façon permanente à 12. Ainsi, il ne représente pas le nombre d’Etats-membres du Conseil de l’Europe (et encore moins de l’UE). Le nombre symbolise la perfection et la plénitude, au même titre que les 12 mois de l’année ou les 12 apôtres.

La légende fait remonter la création du drapeau à une statue de la Vierge couronnée de 12 étoiles. Il faut croire que dans les années 1950, les Pères fondateurs de l’Europe étaient sensibles aux valeurs religieuses.

Saviez-vous qu’en 1956 le Conseil de l’Europe a offert un vitrail représentant la “Vierge aux bras étendus” à la cathédrale de Strasbourg ? Cette œuvre d’art occupe une verrière du chœur. Ce vitrail était destiné à remplacer celui qui fut détruit par les bombardements des Alliés. Observez-le et vous remarquerez au-dessus de la tête de Marie la sphère bleue auréolée de douze étoiles…

Le vitrail du chœur de la cathédrale de Strasbourg avec la représentation du drapeau européen © French Moments

Le vitrail du chœur de la cathédrale de Strasbourg avec la représentation du drapeau européen © French Moments

L’hymne européen

Le prélude de l’Ode à la joie de la 9e symphonie de Ludwig van Beethoven fut choisi comme hymne européen en 1971 et présenté publiquement lors de la journée de l’Europe le 9 mai 1972.


Le Parlement européen

Nous voici devant une des institutions les plus puissantes de l’Union européenne !

Le Parlement européen au cœur du quartier des institutions européennes à Strasbourg © French Moments

Le Parlement européen à Strasbourg © French Moments

Le Parlement européen représente les intérêts de quelques 500 millions de citoyens européens. Ses 751 députés sont élus au suffrage universel direct. Le Parlement européen est ainsi le second plus grand électorat du monde après l’Inde.

L'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg © Diliff - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

L’hémicycle du Parlement européen à Strasbourg © Diliff – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Avant l’inauguration du nouveau bâtiment en 1999, les députés européens siégeaient dans l’hémicycle du Palais du Conseil de l’Europe, de l’autre côté de la rive. L’Union européenne s’élargissant régulièrement, les députés européens avaient besoin d’un lieu plus spacieux et répondant aux exigences parlementaires (cabines d’interprétation, technologies associées au vote, bureaux etc.)

Le nouveau bâtiment : une prouesse technique

Il fallait trouver le moyen le plus adéquat pour y inclure :

  • un hémicycle de 750 places (le plus grand d’Europe),
  • 1133 bureaux,
  • des espaces de travail et de détentes, ainsi que
  • les services administratifs adjacents.

Ces contraintes complexes ont été menées à bien par le cabinet d’architecture Studio Europe. Inauguré en 1999, l’édifice est une prouesse architecturale et surtout technique. L’immense pavillon de verre ne laisse pas le visiteur insensible.

Symboles… symboles… encore des symboles !

Le Parlement européen de Strasbourg le 9 mai 2014 © Claude Truong-Ngoc - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le Parlement européen de Strasbourg le 9 mai 2014 © Claude Truong-Ngoc – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Depuis la rivière Ill, le Parlement se découvre le long d’une monumentale façade courbée en verre. Elle semble symboliser l’esprit de transparence de la démocratie européenne.

De l’autre côté, la physionomie du bâtiment est complètement différente. Pour plusieurs, elle ressemble singulièrement aux ruines du Colisée de Rome.

Deux grandes figures géométriques y apparaissent :

  • l’ellipse (la tour, haute de 60 mètres et d’un diamètre de 100 mètres) qui contient le cercle (l’hémicycle) … et
  • le cercle qui contient l’ellipse.

Cette allégorie des tensions entre le cercle et l’ellipse illustre la confrontation et l’alliance dans la vie d’une démocratie.

Le bâtiment du Parlement européen fut baptisé « Louise-Weiss » en l’honneur de sa première présidente.

Pro-Strasbourg ou pro-Bruxelles ?

La localisation du siège du Parlement a fait couler beaucoup d’encre ses dernières décennies. Voyez plutôt :

  • les réunions plénières ont lieu à Strasbourg,
  • certaines séances additionnelles se tiennent à Bruxelles et
  • son secrétariat général est à Luxembourg.

Devant les pressions de lobbies souhaitant le transfert définitif du Parlement à Bruxelles, le Conseil européen d’Edimbourg en décembre 1992 a confirmé Strasbourg comme siège du Parlement (la capitale alsacienne peut remercier François Mitterrand et d’Helmut Kohl pour leur insistance commune).

Visiter le bâtiment du Parlement européen

Le saviez-vous ? Le Parlement européen se visite. Il accueille d’ailleurs environ 140 000 visiteurs par an ! Pour en savoir plus sur les visites.


Le Palais européen des Droits de l’Homme

Cour Européenne des Droits de l'Homme © Sfisek - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

La Cour Européenne des Droits de l’Homme © Sfisek – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

A la rencontre de deux cours d’eaux (l’Ill et le canal de la Marne au Rhin) émerge le Palais des Droits de l’Homme. Son bâtiment futuriste fut inauguré en 1998.

Le nom officiel de l’institution supranationale abritée dans le palais est la « Cour européenne des droits de l’homme »  (à ne pas confondre avec la Cour de justice de l’Union européenne qui siège à Luxembourg). L’institution a été créée en 1959 et sert d’organe juridictionnel relevant du Conseil de l’Europe.

Sa mission est de veiller au respect de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Aujourd’hui, plus de 150 000 affaires sont examinées devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Un bâtiment symbolique

La Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg © French Moments

La Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg © French Moments

Pour l’architecte britannique Richard Rogers, le Palais doit être considéré comme un symbole et non pas un simple monument. La nature des affaires d’un tel lieu implique qu’il doit être tout sauf intimidant, il doit être accueillant et humain. 

La façade du bâtiment doit renforcer le sentiment de justice en symbolisant « la balance de la justice ». Pour l’architecte, le Palais adopte des « lignes résolument contemporaines et symboliques qui associent le droit au principe de transparence ».

Enfin, le bâtiment se visite en de très rares occasions.


Les autres institutions européennes à Strasbourg

Outre ces trois institutions, d’autres organismes présents à Strasbourg font de la capitale alsacienne une “capitale européenne” :

  • La Commission européenne de Pharmacopée. Son recueil de normes communes aux Etats-membres du Conseil de l’Europe est destiné au contrôle de la qualité des médicaments à usage humain ou vétérinaire et des substances qui entrent dans leur composition. 
  • Le Centre européen de la jeunesse (CEJ), créé par le Conseil de l’Europe en 1972. L’institution possède également une implantation à Budapest.
  • L’Observatoire européen de l’audiovisuel (OEA). Cette institution du Conseil de l’Europe a été créée en 1992. Elle fournit des informations fiables, actualisées et pertinentes dans les domaines suivants : cinéma, télévision, vidéo/DVD, services audiovisuels des nouveaux médias et politiques publiques relatives au cinéma et à la télévision.
  • La chaîne de télévision franco-allemande ARTE, acronyme d’Association relative à la télévision européenne. Diffusant depuis le 30 mai 1992, la chaîne est disponible sur la TNT, le câble, le satellite, la télévision par xDSL et Internet. Les programmes d’Arte sont disponibles gratuitement sur le site web et via les applications pour smartphone, tablette et télévision connectée.
  • La Commission centrale pour la navigation du Rhin (CCNR). L’organisation internationale fondée en 1815 regroupe cinq pays (Allemagne, Belgique, France, Pays-Bas et Suisse). Sa fonction est de prendre toutes initiatives de nature à garantir la liberté de navigation sur le Rhin et de promouvoir la navigation rhénane. Son siège se situe au Palais du Rhin à Strasbourg depuis 1920.
  • Strasbourg accueille également 75 représentations diplomatiques et consulats disséminés sur le territoire de la ville.

Un mot sur le parc de l’Orangerie tout proche…

Enfin, si vous visitez le quartier des institutions européennes, prenez un bol d’air pur au célèbre Parc de l’Orangerie situé en face du palais de l’Europe (où siège le Conseil de l’Europe).

Parc de l'Orangerie de Strasbourg LR © Remi.leblond - licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

Parc de l’Orangerie de Strasbourg LR © Remi.leblond – licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

Ici, on laisse derrière nous le quartier européen KOLOSSAL pour 26 hectares de verdure…

Le Parc de l'Orangerie © Ctruongngoc - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le Parc de l’Orangerie © Ctruongngoc – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le parc de l’Orangerie est l’un des plus anciens jardins publics de Strasbourg. Un lieu de promenade apprécié des Strasbourgeois. Dans ce parc à l’anglaise agrémenté d’un petit lac, on y trouve un zoo, une mini-ferme, un centre de réintroduction de cigognes blanches, un bowling, des aires de jeux, un circuit de voitures pour enfants.


En savoir plus sur les institutions européennes à Strasbourg

Pour se rendre au quartier des institutions européennes de Strasbourg, empruntez les transports en commun :

  • En Tramway ? > la ligne E du tram. Vous avez le choix de descendre à deux stations : Parlement européen et Droits de l’Homme.
  • En bus ? > les lignes 6 et 30, arrêts Conseil de l’Europe et Droits de l’Homme.
  • En voiture ? > choisissez le parking relais tout proche Boecklin (tram E) et profitez d’un aller-retour en Tram et/ou en Bus pour l’ensemble des passagers du véhicule.
  • Mes conseils pour vous déplacer dans Strasbourg.

Quelques sites internet pour en savoir plus sur le quartier des institutions européennes :


Inspiré ? Epinglez sur Pinterest :

Découvrez l'histoire et les bâtiments historiques du Quartier des Institutions européennes à Strasbourg © French Moments


Découvrez les articles de ma participation à l’événement interblogueurs #EnFranceAussi. Cliquez sur le lien ici pour les lire !

Tentez votre chance pour gagner le cadeau du mois!

Cartoville Marseille

Un concours est organisé par l’ensemble des participants au rendez-vous mensuel #EnFranceAussi. Il permet de gagner 2 Cartoville ‘Marseille‘.

Deux gagnants seront désignés : l’un parmi les lecteurs et l’autre parmi les blogueurs. Pour avoir une chance de le gagner, laissez un commentaire ci-dessous ou sur un autre blog participant à l’opération

Le règlement du jeu est disponible chez Sylvie du blog Le coin des voyageurs ici.


Des liens affiliés présents dans cet article me permettent de toucher une commission sur les ventes. Ils sont sans aucun coût supplémentaire pour mes lecteurs et m’aident à entretenir ce blog !


Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

22 commentaires

  1. Je ne connaissais pas tous ces beaux bâtiments à Strasbourg, j’ai fait là une belle découverte ! Ce quartier des institutions européennes est aussi un véritable symbole de la réconciliation franco-allemande. Passe un bon dimanche, à bientôt !

    • Oui Martine, quand on est sur place, on est saisi par la “monumentalité” des bâtiments. Et pour aider, l’histoire européenne de Strasbourg est passionnante ! Bon mois de septembre et à bientôt ??

  2. Alors là! Quelle superbe découverte. Encore une bel article riche et complet.
    J’aime l’Europe! Merci Pierre pour cette bien agréable lecture. Bon dimanche à toi.

  3. Moi qui ne gardais de Strasbourg qu’un souvenir de froid polaire lors d’une visite lointaine en janvier, voilà que cet article me donne envie de revoir cette ville sans un angle différent. j’ai beaucoup appris avec cet article. merci !

  4. Merci pour cet article très instructif, Pierre ! Il me donne aussi envie de revenir visiter Strasbourg (et pas seulement à Noël pour l’ambiance des marchés).

    • Merci Sylvie pour ton commentaire ! J’adore aussi visiter Strasbourg en été pour son ambiance rhénane bien particulière… A bientôt ! ??

  5. Jacqueline Zehnter on

    Merci Pierre pour ce document enrichissant et captivant qui donne envie de boucler sa valise et d’aller s’imprégner de ces merveilles sur place. Bon dimanche.

  6. Comme toujours, une bien belle balade.
    Voir Strasbourg sous cet angle est bien agréable, on m’avait déjà conseillé de le faire en bateau.
    Reste plus qu’à y aller !!!

  7. Super article très documenté et vraiment instructif ! Je me souviens avoir visité un hémicycle quand j’étais en classe découverte, c’est donc le Palais de l’Europe que j’avais dû voir. Merci pour cette balade strasbourgeoise et ce cours d’instruction civique.

    • Merci Anne ! ?? J’ai longtemps visité l’intérieur de la cathédrale sans connaître l’existence du fameux vitrail européen ! Alors quand on le découvre, on apprécie ! 🙂

  8. Hello Pierre ! J’ai commencé à découvrir l’Alsace mais pas encore Strasbourg, dont pour l’instant je continue mes visites virtuelles grâce à toi ! Merci pour cet article comme toujours très complet et instructif ! Bon week-end à toi !

    • Merci beaucoup Sylvie ?? !! Strasbourg est une ville où les marcheurs et les cyclistes sont les bienvenues… j’imagine que tu aimerais la visiter un jour ! Bonne fin de semaine et à bientôt ! ??

Leave A Reply

*