La formidable histoire du Père Noël !

0

L’histoire du Père Noël nous apprend que le vénérable vieillard dodu et facétieux est apparu dans sa forme moderne au milieu du 19e siècle. Cependant, ses origines sont multiples et remontent à des croyances et traditions antiques. On a ainsi coutume de dire que Saint-Nicolas (Sinterklaas puis Santa Claus) est l’ancêtre du Père Noël. Mais, comme vous allez le voir, le lien n’est pas aussi facile qu’il n’y parait !


L’histoire du Père Noël alias Santa Claus

Le lien entre le Père Noël et Saint-Nicolas paraît être une évidence historique.

Saint-Nicolas s’appelle Sinterklaas en Hollande. Il deviendra Santa Claus aux États-Unis puis retraversera l’Atlantique pour atteindre nos rivages dans les années 1950. Entre temps, il aura changé de couleur (du violet au rouge), aura beaucoup grossi, aura troqué sa mitre contre un bonnet, aura perdu sa crosse d’évêque, aura vendu son âne pour s’acheter des rennes capables de voler dans les airs.

Toutefois, quand on se penche sur les véritables origines du vieillard débonnaire, distributeur des cadeaux de Noël, on comprend vite que tout n’est pas si simple. Ainsi, ses origines remontent bien sûr à Saint-Nicolas, mais le personnage emprunte également les attributs d’autres acteurs religieux ou païens. De plus, il faut comprendre que, jusqu’aux années 1950, le Père Noël français se distinguait du Santa Claus américain par de nombreux critères.


Le Père Noël français au 19e siècle

Père Noël

Le Père Noël français (1910)

On parlait déjà de Bonhomme Noël au début du 19e siècle. George Sand le mentionne en 1805. Mais la première mention du « Père Noël » en France date du 23 décembre 1848, dans un numéro de La Revue comique à l’usage des gens sérieux.

En 1855, l’écrivaine George Sand est la première à employer son nom dans Histoire de ma vie :

« Ce que je n’ai pas oublié, c’est la croyance absolue que j’avais à la descente par le tuyau de la cheminée du petit père Noël, bon vieillard à barbe blanche, qui, à l’heure de minuit, devait venir déposer dans mon petit soulier un cadeau que j’y trouvais à mon réveil. »

Mais de là à affirmer que tous les petits Français de l’époque croyaient au Père Noël serait prendre ses rêves pour des réalités !

 

Qui distribuaient les cadeaux au 19e siècle en France ?

Père Noël

Santa Claus

Il existait sur le territoire français plusieurs distributeurs de cadeaux, souvent alimentaires :

  • Saint-Nicolas en Alsace, Lorraine et Nord
  • Père Chalande en Savoie
  • Tante Arie en Franche-Comté
  • Les Rois Mages en Provence
  • Le petit Jésus dans la majeure partie de la France
  • Le Père Janvier dans le sud de la Bourgogne
  • Le Bonhomme Hiver ou Bonhomme (de) Noël
  • Le Père Noël propulsé par les Grands-Magasins parisiens

 

Le rôle des Grands-Magasins parisiens

Père Noël

Les vitrines de Noël (ici le Bon Marché à Paris) font partie de l’histoire du Père Noël © French Moments

Le personnage du Père Noël en France devint populaire grâce à un sérieux coup de pouce des grands magasins parisiens. Toutefois, sa physionomie et ses vêtements évoluèrent au fil du temps. Un seul dénominateur commun les rassemble : on conte aux enfants que le Père Noël entre dans les maisons par la cheminée pour déposer leurs cadeaux pendant la nuit. On recommandait aux enfants de laisser leurs souliers devant la cheminée pour que le vénérable hôte leur laisse un cadeau.

 

Campagnes publicitaires après campagnes publicitaires…

  • En 1890, une affiche publicitaire d’un magasin parisien montre un personnage vêtu d’une cape verte bordée d’hermine coiffé d’un bonnet assorti. Chaussé de bottes noires, il porte une longue barbe blanche. L’affiche le représente accompagné d’un âne à la manière de Saint-Nicolas.
  • Le Père Noël fit son apparition sur une affiche publicitaire des Galeries Lafayette en 1906. Il porte toujours une longue barbe blanche mais son capuchon de fourrure est entouré d’une couronne de houx.
  • En janvier 1918, le grand-magasin Printemps conçut une affiche publicitaire avec un Père Noël poilu. Non pas qu’il avait une grande pilosité, il s’agissait d’une référence aux costumes des poilus pendant la guerre. On le voit dans la nuit revenir du front, tenant dans sa main gauche deux poupées en costume traditionnel : une Alsacienne et une Lorraine. Il transporte des soldats miniatures, un avion militaire et un camion de la croix-rouge.
  • En 1921, une affiche publicitaire commandée par le magasin du Louvre montre au second plan d’un paysage enneigé un petit Père Noël vêtu de rouge avec une hotte remplie de jouets. La même année, une BD au ton humoristique est insérée dans le catalogue du Bon Marché. Le Père Noël s’y plaint de l’apparition des poêles et radiateurs à gaz au détriment des cheminées.
  • Le catalogue du Bon Marché de 1937 dépeint un Père Noël très similaire au personnage que nous connaissons aujourd’hui, toutefois sans traîneau.
  • En 1940, le grand-magasin La Samaritaine dévoile dans son catalogue d’étrennes un Père Noël tout habillé en rouge assis sur une maison enneigée… et portant un casque de poilu et équipé d’un masque à gaz ! De plus, l’histoire du Père Noël continue dans les années 1950 avec l’ancrage de la silhouette de Santa Claus dans l’esprit des Français…

 

Le Père Noël français : un pauvre hère

À ses débuts, le Père Noël à la française était guère attirant. Car les vieilles cartes postales le dépeignent souvent comme un pauvre hère, maigrichon, ressemblant à un colporteur. N’était guère attirant, pour peu on le prendrait pour Raspoutine !

Décidément rien à voir avec le personnage haut en couleur de Santa Claus. Mais avant de continuer notre histoire du Père Noël français, traversons l’Atlantique…


Pendant ce temps-là, en Amérique

Plusieurs personnages du folklore européen ont pu inspirer le Santa Claus américain :

  • Saint-Nicolas (ou Sinterklaas) bien sûr,
  • le lutin nordique Julenisse qui apportait des cadeaux au milieu de l’hiver,
  • Gargan (dont Rabelais s’est inspiré en créant Gargantua !),
  • le dieu viking Odin qui descendait du ciel pour offrir des cadeaux aux enfants…
Saint-Nicolas

L’histoire du Père Noël trouve une grande partie de ses origines en la personne de Saint-Nicolas © French Moments

Au 17e siècle, les Hollandais fondèrent La Nouvelle-Amsterdam (aujourd’hui New York) et emportèrent avec eux la légende de Saint-Nicolas dans leurs bagages… ou devrait-on dire plutôt Sinterklaas. Au fil des années, Sinterklaas devint progressivement Santa Claus chez les colons anglophones par déformation de language. Les colons firent ainsi évoluer la date de distribution des cadeaux qui passa du 6 au 25 décembre.

 

Twas the Night Before Christmas

Le 23 décembre 1823, un journal publia un poème entièrement dédié à la visite de Santa Claus dans une maison. Son titre : A visit from St. Nicholas ou The night before Christmas. Écrit par un pasteur américain, Clement Clark Moore, il est devenu célèbre dans tous les pays anglophones. Dans le poème, Santa Claus est décrit comme étant une sorte de lutin bienveillant, bien en chair et jovial.

Christmas

  • Quelques-uns des attributs du Saint-Nicolas européen ont été conservés : la longue barbe blanche, la hotte, la vieillesse.
  • Les attributs épiscopaux ont disparu : la mitre, la crosse, tout comme l’âne, le Père Fouettard.
  • Sont apparus le bonnet rouge, les bottes noires et surtout, le traineau tiré par huit rennes. D’ailleurs, la crosse est remplacée par le fouet … utilisé sur les rennes bien sûr !
  • Enfin, le caractère moralisateur du Saint fut abandonné. La notion de récompense chère à Saint-Nicolas a disparu ou presque. Santa Claus ne soumit plus le don de cadeaux à la condition, pour l’enfant, d’avoir été sage durant l’année écoulée. D’ailleurs, le nouveau St. Nick apparu plutôt facétieux et sympathique.

 

Thomas Nast et ses illustrations de Santa Claus

Dans les décennies qui suivirent, plusieurs illustrateurs imaginèrent le personnage de Santa. Un des plus célèbres fut Thomas Nast (1840-1902). Né à Landau en Allemagne, Nast entra au journal new-yorkais Harper’s Weekly en 1855 comme dessinateur. En 1863, il y publia un dessin montrant les traits modernes de Santa Claus. En 1866, Thomas Nast eu l’idée de faire emprunter à Santa et à ses rennes un parcours aérien depuis le Pôle Nord où se trouvaient sa maison et sa manufacture de jouets. Quant aux lutins qui l’aident dans sa tâche, ils apparurent à partir du début du 20e siècle.

Et si ces illustrateurs imaginent des Santa Claus vêtus de blanc, de bleu, de vert, le rouge demeure toutefois LA couleur du distributeur des cadeaux de Noël. Saint-Nicolas portait une tunique violette, couleur de l’évêque ? Santa Claus arborera le rouge vif, couleur du cardinal. C’est comme si Santa Claus montrait à Saint-Nicolas qui est désormais le chef, le seul et véritable distributeur des cadeaux de Noël aux enfants !

 

Santa Claus et Coca-Cola : une légende urbaine ?

Père Noël

Quand l’histoire du Père Noël rejoint celle de Santa Claus par Coca-Cola

Vers la fin du 19e siècle, les publicitaires américains comprirent l’intérêt commercial que représentait Santa Claus. Ainsi, de grandes campagnes publicitaires furent lancées avec pour égérie Santa Claus. L’illustrateur  suédois Haddon Sundblom fut chargé par Coca-Cola de peaufiner son image. En d’autres termes, de 1931 à 1964, on fit poser Santa Claus en train de :

  • distribuer des jouets (et de jouer avec !)
  • faire une pause pour lire une lettre tout en buvant du coca
  • rendre visite aux enfants qui avaient veillé suffisamment tard pour le rencontrer
  • vider les réfrigérateurs de plusieurs maisons en engloutissant leur contenu !

Ce sont justement les campagnes de Coca Cola dans les années 1930 qui popularisèrent le vieil homme. Elles apportèrent une visibilité mondiale au personnage de légende de Noël. Les illustrations de ces campagnes imposèrent et figèrent pour de bon les caractéristiques de Santa Claus, vêtu de rouge et de blanc.


L’arrivée en France du Père Noël américain

Père Noël

Le traineau du Père Noël à Kaysersberg © French Moments

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le Père Noël français ne ressemblait pas tant que ça à la version américaine du Père Noël, le fameux Santa Claus. Ce personnage allait envahir la France dès la Libération grâce au savoir-faire des grands-magasins parisiens. Mais surtout au plan Marshall qui allait s’avérer être bien plus qu’un programme américain d’aide financière. Martyne Perrot, dans son livre Le cadeau de Noël : histoire d’une invention, ajoute un élément important sur l’histoire du Père Noël américain en France :

« Ce Père Noël au teint hâve, maigre, parfois pieds nus dans la neige […] ne résistera pourtant pas bien longtemps, à son tour, aux grands magasins, au chemin de fer et surtout à la figure, joviale et généreuse, qui se prépare dans le Nouveau Monde : Santa Claus. Bénéficiant d’une promotion commerciale jusque-là inédite, ce dernier s’impose en effet dans toute l’Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En France, sa « grande vogue » est liée au savoir-faire commercial des grands-magasins. Mais elle doit aussi beaucoup au prestige dont les États-Unis, pays des libérateurs, et leur mode de vie jouissaient en France dans l’immédiat après-guerre ».

 

Bienvenue en France, Père Noël américain !

Par ailleurs, le Figaro confia dans son édition datée du 21 décembre 1946 :

« Les enfants de France devront bientôt considérer que le Père Noël est un sujet américain ! ».

Tino Rossi chante Petit Papa Noël, une chanson composée originellement en 1946 comme la prière d’un fils demandant au Père Noël le retour de son père. Elle connut (et connait encore) un énorme succès populaire. Elle permet également d’offrir un cantique de Noël laïque aux écoles de la République.

En décembre 1950, le catalogue du grand-magasin parisien Le Bon Marché titra « Bienvenue à Papa Noël ». Le gros personnage barbu vêtu de rouge était en train de s’installer pour de bon dans la société française.

 

Hé les Français : pour ou contre le Père Noël ?

Père Noël

Le traineau du Père Noël sur une façade de Strasbourg © French Moments

L’avénement du Père Noël américain en France ne fut pas de tout repos. Ainsi, dans les années 1950, il s’accompagna d’une vague de critique condamnant son caractère d’outil de merchandising. Le débat enflammé entre les accusateurs et les défenseurs du Père Noël fraîchement débarqué d’Amérique atteint son paroxysme le 23 décembre 1951 à Dijon. Ce jour-là, un jeune prêtre organisa sa condamnation à mort et brûla son effigie sur la place de la cathédrale. L’événement fut considérablement couvert par la presse, contribuant à son ancrage dans les foyers français.


Le Père Noël de nos jours en France

Père Noël

Le Père Noël distribuant des friandises © French Moments

Aujourd’hui, le Santa Claus américain est simplement devenu le Père Noël. Il est passé « dans les mœurs » et fait partie intégrante des traditions de Noël. Contrairement à l’Espagne (pays où le vieillard n’a pas réussi à détrôner les Rois Mages), la France s’est laissée envahir par le rite du Père Noël. Même en Alsace et en Lorraine, où le personnage de Saint-Nicolas est bien ancré, le Père Noël a réussi une percée considérable. Alors que Saint-Nicolas continue de distribuer des friandises aux enfants le 6 décembre, le Père Noël a définitivement gagné la partie en offrant LES cadeaux à Noël ! Les deux personnages cohabitent aujourd’hui… mais cette pax natale durera-t-elle encore longtemps ? Car l’histoire du Père Noël continue encore d’évoluer en ce début du 21e siècle…


Cet article sur l’histoire du Père Noël vous a plu ? Ce serait sympa de le partager sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…) Un grand merci et Joyeux Noêl ! 🙂

Inspiré ? Epinglez sur Pinterest

Qui est vraiment le Père Noël ? © French Moments


Pour en savoir plus sur l’histoire du Père Noël et les traditions qui lui sont associées, je vous recommande la lecture des livres de Martyne Perrot : Le cadeau de Noël : histoire d’une inventionFaut-il croire au Père Noel : idées reçues, puis le livre A Night Before Christmas (version originale anglaise)



PS : cet article contient des liens affiliés vers Amazon.fr. Ainsi, s’ils me permettent de recevoir une commission pour tout achat effectué à partir de ce blog, cela n’augmente en rien le prix final que vous allez payer 😉


 

Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, en Lorraine et en Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Europe avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique. Après avoir résidé quelques années en Ile de France et en Savoie, il promeut aujourd'hui la France depuis l'East Sussex en Angleterre.

Leave A Reply

*