Les dates clés de l’histoire d’Altkirch

0

Depuis sa fondation au 13e siècle, la petite cité à caractère médiéval s’est développée sur un éperon rocheux dominant la vallée de l’Ill. Située à mi-chemin entre Belfort et Huningue, les deux places fortes alsaciennes – Altkirch se souvient d’un passé tumultueux : la ville-citadelle a été régulièrement éprouvée et assiégée, ses habitants massacrés à plusieurs reprises. Aujourd’hui, la ville de la “vieille église” a retrouvé la paix dans une Europe unie. Il y a tant de choses à révéler lorsque l’on étudie l’histoire d’une ville. Voici donc un petit article comprenant les dates clés de l’histoire d’Altkirch. À lire avant de se rendre sur place pour mieux comprendre la situation stratégique de la capitale du Sundgau !


L’histoire d’Altkirch liée au développement d’un prieuré

Il semble que le nom de la ville dérive de alt « vieux » et kirch « église », ce qui signifie en vieil allemand « vieille église ». La forme Aldechiarcum est attestée au 11e siècle et celle d’Altckirch en 1102.

Au 7e siècle, lors de l’introduction du christianisme par le moine irlandais Colomban, le choix pour l’implantation d’une petite chapelle se porta sur l’emplacement actuel de l’hôpital Saint-Morand. La chapelle fut progressivement le centre d’un hameau construit au bord de l’Ill.

Au 12e siècle, les comtes de Ferrette construisirent un château sur l’éperon rocheux. Celui-ci jouissait d’une vue stratégique sur la vallée de l’Ill.

Sundgau Saint-Morand Altkirch

Saint-Morand, “l’apôtre du Sundgau”

Toujours au 12e siècle, Frédéric 1er, comte de Ferrette, obtint de l’abbaye de Cluny l’envoi d’un moine germanophone à Altkirch. L’abbé Hughes de Cluny envoya saint-Morand, originaire de Worms en Allemagne. Ce saint homme était connu pour être le “Saint patron des vignes”. En effet, on pense que même si la vigne avait été introduite en Alsace par les Romains, saint-Morand relança la culture de la vigne… avec des plants des environs de Mâcon en Bourgogne ! On vénérait saint-Morand du Bas-Rhin au pays de Bade voisin. À sa mort en 1115, saint-Morand était devenu le saint patron et l’évangélisateur du Sundgau. Pour la petite histoire, Cluny fut propriétaire du prieuré de saint-Morand jusqu’en 1621 où il fut confié par les Habsbourg aux Jésuites de Fribourg-en-Brisgau. Ceci provoqua de multiples procès avec la ville et les Bénédictins de Cluny !

En 1191, le prieuré et son hameau furent incendiés et, suite à de multiples guerres, les habitants se réfugièrent sur la colline à l’abri du château du comte de Ferrette.

La fondation de la ville d’Altkirch

D’après la charte de Lucelle en 1215, le comte de Ferrette Frédéric III confirma la création de la ville d’Altkirch aux abords de son château sur le promontoire. La ville-citadelle fut dotée de remparts munis de tours et de 3 portes (dont la porte de Belfort de 1245 toujours existante). C’est à ce moment que l’on décida de construire une église paroissiale.


L’histoire d’Altkirch liée à celle de l’Autriche

Altkirch Sundgau Alsace

La vieille-porte (ou porte de Belfort) à Altkirch © French Moments

  • En 1324, Altkirch et le reste du Sundgau devinrent autrichiens lorsque le comté de Ferrette passa entre les mains des Habsbourg.
  • Albert II de Habsbourg fit agrandir Altkirch et acheva les fortifications de la ville en 1339.
  • Le 18 octobre 1356, le puissant tremblement de terre de Bâle, endommagea le château et la ville d’Altkirch.
  • La ville eut le droit de construire un grenier à blé en 1397, ce qui favorisa le commerce de céréales dans cette région rurale.
  • En 1398, le Sundgau et Altkirch présentèrent un terrible spectacle : un pays en ruine suite à de nombreuses guerres et invasions. Léopold IV de Habsbourg, en visite à Altkirch déclarant les habitants libres de toute imposition. Ceci permis à la ville de se développer en réparant les murs d’enceinte et en creusant un puits nécessaire en cas de siège.
  • En 1413, Altkirch obtint le monopole du sel de Catherine de Bourgogne, femme du duc Léopold-le-Superbe.
  • En 1492, Maximilien Ier, empereur du Saint-Empire depuis 1486, s’arrête à Altkirch après s’être rendu à Ensisheim pour y voir l’impact de la météorite.
  • Vers 1500, Altkirch commença à prendre le pas sur Ferrette.

De la Réforme à la guerre de Trente Ans

  • En 1529, la Réforme protestante se propagea à Bâle, siège de l’évêché dont dépendait Altkirch et le Sundgau. L’évêque se réfugia à Porrentruy (Suisse) et l’officialité de l’évêché (le tribunal ecclésiastique) s’installa à Altkirch jusqu’à la Révolution française.
  • En 1567, on mentionna pour la première fois l’organisation d’une grande foire, celle de la Sainte-Catherine. Elle devint l’un des plus grands marchés au bétail de la région.
  • En 1634, au plus fort de la guerre de Trente Ans (1618-1648)., les Suédois se livrèrent aux pires massacres et décimèrent le pays.
  • En 1637, les troupes françaises massacrèrent la ville et le prieuré saint-Morand devenu couvent.
  • Le 24 octobre 1648, le Traité de Westphalie signé à Munster marqua la fin de la guerre, mais aussi la fin de la souveraineté autrichienne au profit de la France.

L’histoire d’Altkirch liée à celle de la France

histoire d'Altkirch Sundgau

Vue d’Altkirch en 1832 dessinée par Charles Goutzwiller

Au 17e siècle, Louis XIV ordonna le repeuplement de la ville et du Sundgau. Des Français et des Suisses catholiques vinrent s’y installer. Le roi mis en place une administration qui dura jusqu’à la Révolution. Le bailli d’Altkirch était directement soumis au subdélégué de Belfort. Ce dernier était responsable devant l’Intendant résidant à Strasbourg. (À cette époque, Mulhouse était liée à la Confédération Helvétique et l’enclave n’était donc pas française).

En 1744, la France déclara la guerre à l’Autriche et à l’Angleterre. Louis XV se rendit personnellement auprès de ses armées. Il fut ainsi présent au siège de Fribourg-en-Brisgau. C’est en revenant à Paris qu’il séjourna à Altkirch. On lui remit une clef en argent pour une des portes de la ville.

La Révolution française mit fin à l’existence du couvent, site originel d’Altkirch.

En 1798, Mulhouse devint française. Altkirch perdra une partie de son influence, sa main d’œuvre émigrant sur Mulhouse qui jouit d’un fort développement économique. Jusqu’en 1810, le Sundgau était divisé en deux arrondissements :

  • celui de Belfort (comprenant les cantons de Belfort, Cernay, Dannemarie, Delle, Fontaine, Giromany, Masevaux, Saint-Amarin et Thann)
  • et celui d’Altkirch (regroupant les cantons d’Altkirch, Ferrette, Habsheim, Hirsingue, Huningue, Landser, Lutterbach et Mulhouse).

L’histoire d’Altkirch à partir du 19e siècle

Altkirch Sundgau Alsace

Hôtel particulier dans le centre d’Altkirch © French Moments

  • En 1804, les premières familles d’industriels protestants s’installèrent à Altkirch. Auparavant, les Protestants étaient interdits de séjour à Altkirch. Un temple fut construit en 1879 rue de Ferrette.
  • En 1845, la vieille église médiévale fut démolie. On rasa les ruines de l’imposant château pour construire une nouvelle église. Le site de l’ancienne église fut laissé ouvert, c’est aujourd’hui la place de la République.
  • Le 15 octobre 1857 eu lieu l’ouverture de la ligne de chemin de fer de Paris à Mulhouse. Une autre ligne ferroviaire fut en activité de 1891 à 1951 permettant aux voyageurs de rejoindre Ferrette depuis Altkirch. (fermeture définitive en 1968 pour le trafic des marchandises).
  • En 1870, Altkirch et son territoire furent envahis par les armées du Kaiser. Ils le restèrent jusqu’en 1918.
  • En 1918, Altkirch retourna à la France.
  • En 1940, les Allemands occupèrent Altkirch. La 1re armée française, commandée par le général de Lattre de Tassigny, libéra Altkirch le 21 novembre 1944 dans sa marche victorieuse au Rhin et au Danube.
  • Au début des années 1990, le régiment des Hussards quitta la ville, entraînant la perte de 800 habitants. L’ancienne caserne fut par la suite réhabilitée avec succès et accueille des administrations et des entreprises. Quant au centre-ville, il fut progressivement réhabilité pour devenir plus attrayant.
  • En 1996, Altkirch prend part aux festivités commémorant le millénaire de l’Autriche.

Pour en savoir plus sur l’histoire d’Altkirch

Je vous recommande le livre “Altkirch au cours des siècles” de Maurice Higelin si vous désirez en savoir plus sur l’histoire d’Altkirch.


Avez-vous d’autres dates-clés qui permettraient de compléter cette petite étude historique ? Partagez-les en laissant un commentaire ci-dessous !

Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

Leave A Reply


*