Notre belle excursion dans le domaine de La Plagne

0

Alors que nous résidons depuis février dans un village de Tarentaise en Savoie, nous n’avions pas encore exploré la station de La Plagne. Depuis cette semaine, c’est chose faite ! Nous avons attendu la fonte des neiges et le grand retour de l’été pour traverser le grand domaine grâce aux remontées mécaniques et aux navettes gratuites. Voici un petit récit de notre excursion… qui permettra de se faire une idée des panoramas magnifiques qui s’offriront bientôt à vous !


Notre belle excursion dans le domaine de La Plagne

La Plagne © French Moments

Vue générale de La Plagne depuis Plagne Aime 2000 © French Moments

Alors quand je dis “excursion“, ne vous attendez pas à une randonnée, longue et éprouvante. Comme c’était notre première visite à La Plagne, j’ai emmené ma petite fille Aimée (5 ans) le long d’un itinéraire à grand renfort de remontées mécaniques et de navettes gratuites. Le but était de prendre connaissance de ce nouveau terrain de jeu que nous contemplons de chez nous, sur l’autre versant de la vallée !

Cette excursion nous a pris 5 heures… mais bien sûr nous nous sommes arrêtés à de nombreuses reprises pour admirer le paysage et prendre des photos !

Le clou du spectacle ? La vue de la Roche de Mio à 2739 m d’altitude. Une vue splendide sur la vallée de la Tarentaise, le Beaufortain, le mont Blanc d’un côté. Et de l’autre, les pics enneigés du massif de la Vanoise (Grande-Casse, Grand-Bec, Péclet-Polset) et au loin, la Meije et les Grandes Rousses.


Notre itinéraire de découverte de La Plagne

Excursion La Plagne

Voici l’itinéraire que nous avons suivi. Vous pourrez en faire de même et découvrir l’étendue du domaine de La Plagne. Et si les conditions météorologiques le permettent, vous pourrez, comme nous, accéder au glacier de la Chiaupe tout près du Sommet de Bellecôte à 3000 mètres d’altitude !

Nous sommes partis de notre village de Granier en milieu de matinée et après un arrêt à l’Office de Tourisme d’Aime-la-Plagne pour récupérer nos forfaits RM (remontées mécaniques), nous avons emprunté les fameux virages en lacet de La Plagne jusqu’à La Roche.

Le télésiège de La Roche (La Roche – Plagne Aime 2000)

J’ai garé la voiture vers 11h00 au grand parking du hameau. On accède à pied au télésiège de la Roche par une petite passerelle franchissant la rivière de l’Arc.

Le télésiège de La Roche (site du circuit de bobsleigh qui a été construit pour les JO d’Albertville en 1992) est très pratique. Il permet d’atteindre le centre de la station sans utiliser la voiture jusqu’au centre de la station. Il part du hameau à 1523 m et arrive à Plagne Aime 2000 à 2120 m. Un joli dénivelé en perspective de près de 600 m !

Aimée a beaucoup aimé (!) ce type de remontées mécaniques. L’ascension est toute en douceur et si paisible. On entend le gazouillis des oiseaux, le ruissellement des torrents, le tintement des clarines au loin. Et une bonne odeur de pins qui nous rafraîchit les narines !

On atteint la station de Plagne Aime 2000 en 6 minutes.

Plagne Aime 2000

Vision futuriste… cauchemardesque diront les mauvais esprits ! La station moderne de Plagne Aime 2000 (anciennement Aime la Plagne) a de quoi surprendre. Ici, la main de l’homme a érigé un ensemble immobilier sur les alpages à une altitude plutôt haute (autour de 2000 m).

Le contraste avec l’environnement naturel est saisissant. Plagne Aime 2000 : on aime ou on n’aime pas. Mais force est de constater que la vue sur la Tarentaise, le Beaufortain et le mont Blanc est superbe.

Pourtant, j’ai toujours du mal à croire que le hameau se situe sur la même commune que mon village (qui, lui, se trouve de l’autre côté de la vallée, 800 m plus bas). On se retrouve vraiment dans un autre monde.

Au pied des immenses chalets modernes (le Paquebot des neiges) se trouve la station routière d’où nous avons pris la navette gratuite. Celle-ci a des fréquences régulières (toutes les 30 minutes) en direction de Plagne Centre. Si vous avez beaucoup de temps devant vous (ou que vous avez manquer le bus), vous pourrez toujours descendre à pied par les alpages… ce n’est pas si loin et vous profiterez du magnifique panorama.

Plagne Centre

Navette Plagne Centre © French Moments

La navette à Plagne Centre © French Moments

Nous voici arrivés au cœur de la station. La correspondance avec la navette de Plagne Bellecôte ne va pas tarder à partir. Nous n’avons donc pas vu grand-chose de Plagne Centre, dont le nœud névralgique était en plein chantier.

La navette en direction de Plagne Bellecôte marque plusieurs arrêts à Plagne 1800, hameau situé en contrebas. Puis elle remonte sur Plagne Bellecôte, son terminus.

Plagne Bellecôte

Ok, depuis Plagne Aime 2000, Aimée et moi avons été trimballés en bus. C’est avec une certaine curiosité que nous avons découvert ce nouveau hameau. Ici aussi, dépaysement garanti. A Plagne Bellecôte, l’architecture contemporaine est audacieuse. La station peut paraître un peu décalée par rapport à son environnement naturel en été. Il faut se l’imaginer en hiver, lorsqu’elle s’intègre à merveille au paysage enneigé. Pistes de ski descendant au pied des immeubles et remontées mécaniques pour refaire un tour… ce doit être effectivement très sympa. C’est d’ailleurs le concept popularisé de “stations accessibles skis aux pieds“.

Plagne Bellecôte © French Moments

Aperçu du domaine de Plagne Bellecôte © French Moments

Mais pour l’heure, nous sommes encore au début de la saison estivale et la station tourne au ralenti. Pour les enfants, des loisirs sont organisés : châteaux gonflables, balades en poneys, et, ce qui a marqué l’esprit de ma petite Aimée : l’attraction des grosses bulles dans lesquelles on peut se déplacer !

Bon, nous n’avions pas trop le temps de nous laisser distraire. La prochaine étape de notre excursion était de prendre le télécabine de la Roche de Mio. Sa station est située à côté d’un bureau d’accueil de l’Office de Tourisme de La Grande Plagne.

La télécabine de la Roche de Mio

La gare aval de la télécabine se situe à 1940 m en plein centre de Plagne Bellecôte. L’attraction est en fait composée de deux tronçons et d’une gare intermédiaire à Belle Plagne.

La première montée survole les alpages entre Plagne Bellecôte et Belle Plagne. La gare intermédiaire à Belle Plagne (2086 m) est reconnaissable à son petit beffroi fictif qui lui donne un air pittoresque.

Télécabine Belle Plagne © French Moments

L’arrivée de la télécabine à Belle Plagne © French Moments

On aurait pu s’y arrêter pour découvrir Belle Plagne (les portes de la télécabine s’ouvrent pour permettre d’en sortir si on le souhaite). La télécabine traverse lentement l’intérieur de la gare en longeant le contour des rails d’embarquement/débarquement. Et tout d’un coup, le lanceur projette notre cabine avec force… l’ascension vers la Roche de Mio peut véritablement commencer !

La jolie Belle Plagne

Télécabine Belle Plagne © French Moments

Belle Plagne depuis la télécabine © French Moments

Belle Plagne est une station sortie de terre au début des années 1980. En l’observant depuis les fenêtres de la télécabine, on s’aperçoit qu’elle ne ressemble pas aux autres hameaux de la station (Plagne Aime 2000, Plagne Bellecôte, Plagne Centre). Elle est même jolie cette station (d’où son nom de « Belle Plagne » !) L’utilisation de matériaux traditionnels de la Tarentaise (pierre, bois et lauze) lui ont permis de mieux s’intégrer au paysage que ses consœurs. C’est en 1982 que la gare intermédiaire a été ouverte au centre du complexe immobilier.

L’ascension à la Roche de Mio

Tarentaise, La Plagne © French Moments

La vallée de la Tarentaise vue de la télécabine de la Roche de Mio © French Moments

J’ai vu des photos prises du même télécabine en hiver et je dois avouer que l’ascension de la Roche de Mio en télécabine est bien plus impressionnante en été !

Du haut de ses 5 ans, Aimée n’a manifesté aucune peur du vide… pour ma part, ça s’est mieux passé que mon imagination l’avait anticipé. Qui sait, peut-être mes yeux se sont déjà habitués à la montagne ?

Depuis la gare de Belle Plagne, on s’engage progressivement dans une ascension très raide. Après le survol des alpages (le front de neige en hiver), le paysage devient tout à coup tourmenté. Les barres rocheuses austères sont surmontées allègrement par notre cabine (un peu grinçante pour renforcer le côté aventure !!)

Puis après avoir franchis une barre de crêtes (la crête des Bourtes), nous descendons dans une sorte de plateau en cuvette avant de remonter de plus belle jusqu’à la Roche de Mio. C’est ici que nous surprenons une marmotte (la première de l’année !) qui nous regarde passer avec nonchalance (pour sûr, elles doivent avoir l’habitude de ce va-et-vient mécanique !)

Il faut à notre télécabine 15 min et 40 secondes pour parcourir les 3700 m et sur un dénivelé de 791 m jusqu’à la gare d’arrivée. C’est largement suffisant pour profiter du paysage, observer les marmottes… voire se faire quelques petites frayeurs !

La Roche de Mio et son panorama époustouflant

Mont Blanc, Roche de Mio © French Moments

La terrasse de la Roche de Mio avec vue sur le mont Blanc n’attend que vous ! © French Moments

L’arrivée à la Roche de Mio n’est pas très glamour. Ne vous attendez pas à une jolie gare-chalet. Ce bâtiment en tôle ondulée gris clair avec des bandes verticales marron ressemble plutôt à un hangar. Ne faites pas trop attention à l’esthétique et privilégiez le panorama !

Comme son nom l’indique, la télécabine de la Roche de Mio permet d’accéder au sommet éponyme.

Mais juste avant de gravir à pied les quelques mètres qui nous séparent du sommet, dirigez-vous sur le versant Vallée de la Tarentaise / mont Blanc. On y trouve un restaurant d’altitude et quelques tables de pique-nique.

La Roche de Mio, La Plagne © French Moments

Vue sur la Tarentaise et le mont Blanc depuis la Roche de Mio (2700 m) © French Moments

Puis contournez la gare par la droite. Changement de versant : vous vous trouvez en face des pics de la Vanoise. Sur la gauche, un chemin assez raide (long de 170 m) monte au sommet, à 2739 mètres d’altitude.

La table d’orientation au sommet de la Roche de Mio

La Roche de Mio, La Plagne © French Moments

Aimée à la table d’orientation de la Roche de Mio (2730 m) © French Moments

Nous y avons découvert une table d’orientation. Elle est bien utile car la vue panoramique du sommet offre un panorama à couper le souffle à 360°. Ce sera le plus beau de l’excursion dans le domaine de La Plagne.

Allez, on fait l’inventaire ! En cette belle journée de juillet, et malgré les nuages masquant certains sommets, j’ai pu repérer :

  • la vallée de la Tarentaise et Bourg-Saint-Maurice,
  • les principaux sommets du Beaufortain dont le Roignais (2995 m) et l’emblématique Pierra Menta (2714 m)
  • le massif du mont Blanc (4810 m, sur son côté italien)
  • les Alpes Grées marquant la frontière entre la France et l’Italie
  • le Grand Combin (4314 m, en Suisse)
  • le mont Pourri (3779 m, le temps était littéralement ‘pourri’ sur le sommet, on n’a pas pu voir grand chose !)
  • le sommet de Bellecôte tout proche (3417 m)
  • la Grande Motte (3653 m)
  • la face nord et austère de la Grande Casse (3855 m). J’étais habitué à la voir depuis la vallée de Pralognan-la-Vanoise – une toute autre physionomie !
  • le Grand Bec (3 398 m)
  • les glaciers de la Vanoise (au-dessus des 3000 m)
  • Le Péclet-Polset et ses vastes glaciers (3561 m)
  • La Meije (3983 m) et les Ecrins
  • La Saulire du domaine de Courchevel (2738 m), également accessible par remontées mécaniques. Le pic s’élève à la même hauteur que nous à quelques mètres près !
  • Le massif des Grandes Rousses (3465 m)
  • Le Cheval Noir (2832 m)
  • Le massif de la Lauzière (2829 m)
  • Le mont Charvin de la chaîne des Aravis (2409 m)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors Aimée, à part le mont Blanc, ce qu’elle préfère, c’est…

Evidemment, pour Aimée, tout ça n’avait pas vraiment de sens. Et je n’ai pas souhaité lui donner un cours de géographie. Au moins, elle sait reconnaître le mont Blanc et ça me va ! C’est une fois de retour à la maison que j’ai repris une à une mes photos pour retrouver les noms de ces fameux sommets.

De retour à la gare de la télécabine, Aimée a souhaité continuer le voyage avec “les rouges“. Eh bien oui car, les blanches descendent à Plagne Bellecôte et les rouges continuent de monter encore plus haut, vers les neiges éternelles.

La télécabine de Bellecôte

Télécabine de Bellecôte, La Plagne © French Moments

Le télécabine de Bellecôte au départ de la station de la Roche de Mio (et le mont Blanc) © French Moments

La télécabine de Bellecôte est en fait le prolongement de la télécabine de la Roche de Mio. Elle permet en été d’atteindre en 12 minutes et 11 secondes le secteur du glacier depuis la Roche de Mio. Il s’agit du plus haut point du domaine de La Plagne accessible à nous, les touristes !

Le trajet commence par une descente vertigineuse en direction de la gare intermédiaire du col de la Chiaupe (2529 m). Puis, l’ascension devient plus pentue et plus longue. On traverse alors une barre rocheuse vertigineuse.

La gare amont se situe à 3030 m d’altitude soit 400 mètres en contrebas du sommet de Bellecôte.

En sortant de la gare, on mesure combien notre dernier hiver fut rude et long. Aimée et moi nous retrouvons en hiver. Heureusement nous avions chaussé nos chaussures de randonnées, ce qui nous permet d’effectuer quelques mètres sur la neige en direction d’un surplomb rocheux. La vue est formidable mais les nuages couvrent déjà une partie des sommets environnants. J’attendrai le mois d’août pour revenir sur le glacier. Apparemment on devrait pouvoir visiter une grotte de glace et emprunter un sentier sur une centaine de mètres jusqu’à une table d’orientation.

Mais pour l’heure, on ne va pas trop tarder. Malgré nos pulls (le vent est froid) et le paysage saisissant et presque mystérieux, nous décidons de rejoindre la gare amont de la télécabine de Bellecôte.

Retour vers La Roche

Et, pour finir notre aventure, on fait exactement le même itinéraire jusqu’au parking de La Roche … en sens inverse ! 

On pourrait penser que, n’ayant pas beaucoup marché, nous étions toujours en pleine forme à l’issue de la journée. Or, nous étions assez fatigués. On ne se rend pas forcément compte combien ces petits trajets en bus, ces parcours en remontées mécaniques et ces petites marches pour rejoindre tel ou tel site, commencent à peser au bout de la journée ! Et surtout, c’est l’air vivifiant de la montagne qui fait son effet…

Mais une fois dans la voiture, on descend de La Plagne avec des étoiles pleins les yeux. Des souvenirs de panoramas époustouflants. Le sommet glorieux du mont Blanc veillant sur la chaîne des Alpes. L’opportunité sublime d’avoir pu se tenir sur un glacier à plus de 3000 m d’altitude. Tutoyer les sommets de la Vanoise.

Aimée, elle, retiendra surtout les remontées mécaniques qu’elle adore autant qu’un ado kiffe les rollercoasters ! De langue maternelle anglaise, elle connait désormais les noms en français pour les identifier : télésiège, télécabine… il me suffit juste de lui faire prendre un téléphérique et un funiculaire pour compléter son vocabulaire !


L’été à La Plagne : conseils pratiques

La Plagne © French Moments

Les alpages de La Plagne vue de Plagne Aime 2000 © French Moments

Pour en savoir plus sur les navettes inter-station gratuites que nous avons empruntées (voir les dates et horaires ici). Leur fréquence est souvent de 30 minutes. Ceci dit, si vous venez de manquer la navette, vous aurez le temps d’explorer le hameau. C’est aussi le moment idéal pour déguster une glace ou pour s’asseoir à la terrasse d’un café !

Pour utiliser les remontées mécaniques, vous avez plusieurs possibilités : acheter un ticket pour un passage, pour la journée, pour un séjour de 7 jours ou un forfait saison (juillet et août). Pour en savoir plus (tarifs et points de vente). Attention aux horaires, certaines RM ne fonctionnent pas entre 12h15 et 13h45 et  le samedi et dimanche ! Téléchargez le PDF des RM ouvertes pour l’été 2018 (avec horaires)

Un bon conseil avant de gravir les hauteurs du domaine, vérifier le temps qu’il y fait en visionnant les webcams ici.

Si vous avez des questions sur votre séjour à La Plagne, rendez-vous sur le site “spécial été” de l’Office de Tourisme de La Grande Plagne.

Autres liens pour en savoir plus :

Mes articles sur le blog de French Moments. Ils sont rédigés en anglais mais si vous ne comprenez pas la langue de Shakespeare, vous pouvez toujours regarder les photos 🙂 :

Un grand merci à l’Office de tourisme de La Plagne pour leur accueil. Les conseils qu’ils m’ont procurés m’ont permis de bien préparer la découverte du domaine. Rendez leur visite (de nombreuses agences sont ouvertes pour vous accueillir, la liste ici !)


Si vous trouvez que mes articles vous plaisent ou vous ont rendu service, n’hésitez pas à les partager sur Twitter ou Facebook. Cela me ferait super plaisir, et en plus cela me motive à continuer à en écrire davantage ! 🙂

Inspiré à la lecture de cet article sur notre excursion à La Plagne ? Quelques épingles pour Pinterest :

Découvrir La Plagne en Savoie © French Moments Découvrir La Plagne en Savoie © French Moments

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

Leave A Reply

*