Mon itinéraire pour découvrir Sélestat et ses monuments

0

Sélestat se classe troisième ville d’Alsace pour sa richesse patrimoniale. Tout au long du parcours (celui que j’ai suivi lors de ma visite), vous découvrirez plusieurs demeures remarquables de style gothique, Renaissance et baroque : l’Hôtel d’Ebersmunster (1543), la Maison Ziegler (1538), sans oublier le pittoresque quartier des Tanneurs dont les maisons à colombages datent des 15e et 16e siècles. La ville abrite deux sanctuaires magnifiques : l’église romane Sainte Foy (12e s) et l’église gothique Saint-Georges (13e-15e s). Suivez le guide pour découvrir Sélestat et ses monuments !


Mon itinéraire pour découvrir Sélestat

La carte ci-dessous recense la plupart des monuments et sites qu’il faut voir à Sélestat. Vous pouvez découvrir Sélestat le long de l’itinéraire que j’ai suivi lors de ma visite. Long d’environ 3,5 km, il commence au parking de la rue de la Brigade d’Alsace-Lorraine (utile si vous venez à Sélestat en voiture).

Itinéraires

  afficher les options

Les remparts de Sélestat

Les remparts de la vile ont été construits puis agrandit en de nombreuses occasions entre le 13e et le 16e siècles. Ils furent démantelés au 17e siècle suite à l’annexion de la ville par le royaume de France. Quelques vestiges du rempart médiéval subsistent encore aujourd’hui : la Tour de l’Horloge et la Tour des Sorcières.


La Tour de L’Horloge

découvrir Sélestat

La Tour Neuve, porte d’entrée pour découvrir Sélestat © French Moments

La Tour de l’Horloge (ou Tour Neuve) était l’un des accès fortifiés de la ville. Elle s’ouvre sur la rue des Chevaliers. Construite au 13e siècle, elle fut grandement remaniée au 17e siècle. En 1614, on la coiffa d’une toiture en forme de bulbe et d’échauguettes, le tout surmonté d’une lanterne.

La fresque vue de la rue du Président Poincaré représente la crucifixion. Deux autres fresques situées sous la tour font allusion aux puissantes corporations qui régissaient l’activité sélestadienne : bouchers, tanneurs, vignerons…

Passez sous la porte pour commencer à découvrir Sélestat…


La Rue des Chevaliers

Sélestat

Rue des Chevaliers © French Moments

La rue commerçante de Sélestat s’étend de la Tour Neuve à l’église Saint-Georges. Il s’agit d’une des plus anciennes artères de la ville. Elle est bordée d’un nombre de demeures remarquables, érigées du Moyen-Âge au 18e siècle. Quelques unes de ces maisons sont à pans de bois. D’autres sont ornées de fresques en trompe-l’œil et d’oriels de style Renaissance.


La Maison “à la bourse – au bœuf”

Sélestat

Maison à la Bourse – au Bœuf © French Moments

La demeure fut construite en 1678 dans la rue des Chevaliers. Sa façade présente un joli oriel en pierre.


L’église Sainte Foy

Sélestat

L’église Sainte-Foy © French Moments

La vieille église romane a été construite de 1170 à 1180. A l’intérieur, l’on peut y admirer de beaux vitraux ainsi qu’une extravagante chaire Baroque créée en 1733.

Pour en savoir plus, lisez notre article sur l’église Sainte-Foy.


L’église Saint Georges

église Saint-Georges de Sélestat

L’église Saint-Georges © French Moments

Située à quelques mètres de l’église romane Sainte-Foy, la basilique Saint-Georges a été érigée de 1220 à 1490. De style gothique, l’imposant édifice révélait le pouvoir et la richesse des Bourgeois.

Dans la nef, observez la chaire de style Baroque date de 1619. Quant au chœur, il présente sept baies de vitraux remarquables réalisés de 1430 à 1460.

Le chœur est l’emplacement d’une ancienne chapelle carolingienne du 8e siècle. De passage à Sélestat à Noël de l’an 775, Charlemagne lui-même vint s’y recueillir.

C’est sous les arcs de la nef de l’église que sont suspendus 10 sapins pendant l’Avent. Cette tradition s’accompagne d’une exposition sur l’histoire du sapin de Noël.

Pour en savoir plus, lisez notre article sur la basilique Saint-Georges de Sélestat.


L’hôtel d’Ebersmunster

Sélestat

Portail Renaissance de l’Hôtel d’Ebersmunster © French Moments

Construit en 1541, cette demeure massive servait de pied-à-terre aux moines d’Ebersmunster. Le portail en grès visible de la rue de l’église est de style Renaissance. Il est richement sculpté : médaillons, coquilles, chapiteaux. On croirait presque un arc de triomphe ! Prenez du recul et levez la tête pour apercevoir son toit. Il renferme un grenier de trois étages qui servait d’entrepôt pour les céréales que les religieux collectaient auprès de la population. Quant au vin, il était stocké dans les deux grandes caves voûtées.

Par un petit passage rue du Babil, on accède à la Cour des Prélats. Cette façade située au sud de l’hôtel d’Ebersmunster présente une tourelle abritant un bel escalier à vis.


La Tour des Sorcières

Sélestat

Tour des Sorcières © French Moments

Un nom lugubre pour une tour datant du 13e siècle. Son nom d’origine, la « Niedertor » signifie la porte basse. La Tour des Sorcières gardait l’accès à la ville par le nord. Les arcades du rez-de-chaussée furent murées au 17e siècle pour qu’on y enferme les femmes accusées de sorcellerie.


La Porte de Strasbourg

Sélestat

Porte de Strasbourg © French Moments

Située près de la Tour des Sorcières, la Porte de Strasbourg fut construite de 1679 à 1681. Elle faisait partie intégrante de l’enceinte de Vauban. Des trois portes originales du système Vauban, elle est la seule qui subsiste aujourd’hui.

Observez la façade orientée vers l’extérieur : elle est bien plus décorée que son revers. Outre les nombreux symboles à la gloire de l’armée, on y retrouve le lion du blason de Sélestat, l’archange Saint-Michel (patron des gens d’armes et des soldats). Vous trouverez trois fleurs de lys au-dessus du lion – la marque du royaume de France. Dans l’espace central de la porte, remarquez le buste de Marianne (symbole de la République française). Avant la Révolution, c’est un buste de Louis XIV qui y était placé !

Quant à la façade intérieure, moins pompeuse, elle ressemble à un petit hôtel particulier.


La Place Gambetta

Sélestat

Place Gambetta © French Moments

La charmante petite place Gambetta est bordée par le bâtiment de la Bibliothèque humaniste et d’élégantes maisons. Une d’entre elles, construite en 1569, possède un pignon flamand (ou à volutes), ajouté en 1625 qui paraît un peu ‘déplacé’ ici, au cœur de l’Alsace !


La bibliothèque humaniste

Sélestat

Façade de la Bibliothèque Humaniste © French Moments

La Bibliothèque Humaniste de Sélestat est la plus ancienne bibliothèque d’Alsace qui nous soit parvenue. La bibliothèque inclut également certaines archives de la ville de Sélestat. Une d’entre elles contient la plus ancienne mention écrite faisant référence à la tradition de l’arbre de Noël (1521).

A noter : le musée est fermé pour restructuration jusqu’en 2018.

Pour en savoir plus, lisez notre article sur la Bibliothèque Humaniste de Sélestat.


La Commanderie Saint-Jean

Sélestat

Commanderie Saint-Jean de Sélestat © Ralph Hammann – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Ce bâtiment de 1565 appartenait au complexe des chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Ceux-ci formaient au combat les nobles alsaciens en partance pour les croisades. L’édifice est le seul édifice qui subsiste de l’ancienne commanderie. Là était logé le Prieur, le chef de la communauté.


L’église protestante

Sélestat

Le temple protestant © French Moments

Les paroissiens protestants de Sélestat se réunissent dans l’unique vestige de l’ancien couvent franciscain : le chœur de l’église. Construit vers 1280, le sanctuaire tout en longueur est caractéristique des ordres mendiants du 13e siècle en Alsace (voir les exemples encore visibles à Colmar, Rouffach et Guebwiller). La flèche de style gothique a été édifiée en 1430. La nef de l’ancienne église fut détruite à la fin du 19e siècle. Un mur de façade néo-gothique fut ajouté pour fermer le chœur. L’église ‘rétrécie’ fut affecté au culte protestant en 1881.


La Maison Ziegler

Sélestat

L’oriel de la maison Ziegler © French Moments

La demeure Ziegler a été construite en 1540. Elle comprend un magnifique oriel en grès rose des Vosges surmonté d’un balcon.


L’Arsenal Sainte-Barbe

Sélestat

L’arsenal Sainte-Barbe et son escalier © French Moments

Datant des années 1470, l’édifice est reconnaissable de par son pignon crénelé. À l’origine, il abritait un entrepôt de marchandises puis fut transformé en arsenal en 1534. L’escalier extérieur monumental de style Renaissance fut ajouté en 1901 quand le bâtiment fut dédié aux réunions des instances municipales. Cet escalier à double pente n’est pas sans rappeler ceux de la Metzig à Molsheim et de l’ancien hôtel de ville de Mulhouse.


L’Hôtel de Ville

Sélestat

Hôtel de Ville de Sélestat © Ralph Hammann – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Le bâtiment de l’hôtel de ville est plutôt curieux. Il s’agit d’un des seuls édifices publics de la ville édifié en style néo-classique (1788), ce qui lui confère une allure de temple grec.

La mairie accueille l’Office de Tourisme de Sélestat et sa région ainsi que le marché de Noël en décembre.


Le quai des Tanneurs

Sélestat

Le quartier des Tanneurs © French Moments

Strasbourg a sa Petite-France, Colmar sa Petite-Venise et Sélestat son Quai des Tanneurs !

Situé au sud-est du centre-ville, l’ancien quartier des tanneurs comprend plusieurs maisons à colombages du Moyen-Âge. Jusqu’au début du 20e siècle, un canal longeait la rue en son milieu. Les maisons ont été construites suivant un modèle spécifique. Le rez-de-chaussée en pierre. Les niveaux supérieurs à pans de bois. Le tout surmonté par de longs toits pentus sous lesquels les tanneurs séchaient les peaux des animaux.


L’enceinte de Vauban, dernière étape pour découvrir Sélestat

Sélestat

L’enceinte de Vauban, dernière étape pour découvrir Sélestat © French Moments

Au 17e siècle, Sébastien Vauban planifia un système de défense à la pointe de ce qui se faisait à l’époque. Jacques Tarade supervisa les travaux pour former un polygone irrégulier à neuf côtés. L’enceinte comprenait trois portes qui donnaient accès à la ville : la porte de Neuf-Brisach à l’est, la porte de Colmar au sud et la porte de Strasbourg au nord. L’ensemble fut rasé en 1874 pour permettre l’extension de la ville. De cette enceinte, il ne reste quelques vestiges, dont notamment deux bastions (le long du boulevard Vauban) et la Porte de Strasbourg.

Sélestat

“le Rêve” par Sarkis (1993) © French Moments

Sur le mur du bastion situé Quai Albrecht ont été fixées 310 plaques de rue. Cette œuvre d’art contemporain réalisée par Sarkis en 1993 s’intitule « Le Point de rencontre : le Rêve ». Sur les plaques de rues figurent un mot ou des bribes de phrases invitant à la promenade et à la rêverie. 310 réfère au nombre de rues que comptait Sélestat en 1993. Quelques plaques vierges évoquent l’extension future de la ville.

Longez le bastion de Vauban pour revenir au parking. Vous avez terminé votre promenade de 3,5 km qui vous aura fait découvrir Sélestat !


Connaissez-vous d’autres sites et monuments de Sélestat qui méritent d’être visités ? Faites-le nous savoir en laissant un commentaire ci-dessous !


  • SÉLESTAT : tous les articles

  • Share.

    About Author

    Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

    Leave A Reply


    *