Découvrir Pont-à-Mousson en Lorraine

0

Ne vous fiez pas aux usines et aux industries que vous verrez aux abords de Pont-à-Mousson. Enfoncez-vous dans le tissu urbain en direction du centre-ville pour découvrir les arcades de la place Duroc et les belles églises. Deux heures devraient suffire pour découvrir Pont-à-Mousson. Idéal si vous voyagez de Nancy à Metz (ou vice-versa !)


Découvrir Pont-à-Mousson

Le centre-ville n’est pas bien grand et s’étend sur la rive gauche de la Moselle. Le site le plus intéressant est la place Duroc. Liant la place Duroc à la place Thiers, la rue Victor Hugo est l’artère commerçante de la ville.

Place Duroc

La place Duroc au début du 20e siècle

Quelques anciennes maisons témoignent de l’époque prospère du Moyen-Âge. Protégée par ses remparts, la cité abritait de nombreuses corporations et des banquiers lombards. Ce centre économique au cœur de la Lorraine organisait de populaires foires sur la rive gauche : Saint-Jean et Saint-Laurent. Possession des comtes de Bar, la ville a intégré le duché de Lorraine en 1480. Pont-à-Mousson est devenu un foyer culturel et spirituel intense lorsque les ducs y ont établi une université prestigieuse. La Guerre de Trente Ans mis un terme à cette prospérité et avantagea largement Nancy. En 1768, Louis XV ordonna le transfert de l’université à Nancy. Le renouveau de la ville date du milieu du 19e siècle avec la création des Hauts fourneaux et Fonderies de Pont-à-Mousson

Itinéraires

  afficher les options


La place Duroc

Découvrir Pont-à-Mousson

Les arcades de la place Duroc © French Moments

Découvrir Pont-à-Mousson, c’est surtout prendre connaissance d’une place triangulaire à arcades. Certains guides touristiques affirment qu’il s’agit de l’unique place triangulaire en France (et même en Europe). Elle est bordée de maisons classées à arcades. Il existe peu de places à arcades en Lorraine (Remiremont dans les Vosges possède également une rue à arcades).

Sur la place Duroc se situe le bâtiment de l’Hôtel de Ville. Construit par l’architecte lorrain Claude Mique de 1786 à 1791, il ressemble singulièrement à l’hôtel de ville de Nancy. Son avant-corps central se termine par un fronton élaboré. Celui-ci est surmonté d’une grosse horloge soutenue par deux aigles portant la croix de Lorraine.

Découvrir Pont-à-Mousson

L’hôtel de ville © French Moments

Observez la remarquable maison des Sept Péchés Capitaux. Datant du 16e siècle, elle était la résidence des ducs de Lorraine de passage dans la cité. Elle est flanquée d’une tourelle d’angle. Remarquez à l’étage au-dessus des arcades les 7 cariatides. On les attribut aux 7 péchés capitaux. Dans la religion catholique, les sept péchés capitaux sont ceux dont découlent tous les autres : la paresse spirituelle, l’orgueil, la gourmandise, la luxure, l’avarice, la colère et l’envie.

Découvrir Pont-à-Mousson

La maison des sept péchés capitaux © French Moments

Au centre de la place, la fontaine de style Renaissance ne date que de 1931. Elle rappelle le souvenir des ambulanciers américains de la Première guerre mondiale. Elle remplace un élégant kiosque à musique qui, lui-même, avait succédé à une fontaine.

Découvrir Pont-à-Mousson

La place Duroc et la fontaine © French Moments

Place Duroc

La place Duroc au début du 20e siècle

La place porte le nom d’un maréchal de Napoléon, Michel Duroc (1772-1813). Cet ancien élève de l’école royale militaire de Pont-à-Mousson est également natif de la ville. Il combattit dans l’armée impériale à Austerlitz et à Wagram. Il trouva la mort lors de la bataille de Bautzen (Saxe) le 22 mai 1813. “Ombre de Napoléon”, le maréchal a donné son nom a une station de métro dans le 7e arrondissement de Paris : DUROC (lignes 10 et 13).


L’église Saint-Laurent

Découvrir Pont-à-Mousson

Le campanile de l’église Saint-Laurent © French Moments

Située non loin de la place Duroc, l’église Saint-Laurent a été construite en style gothique en plusieurs étapes :

  • le chœur et le transept datent du 15e et 16e siècles,
  • le portail central et la partie inférieur de la tour du 18e siècle,
  • la nef de la première moitié du 19e siècle et
  • la tour et son campanile de 1900.

L’intérieur de l’église abrite un remarquable retable dit « de Philippe de Gueldre ». Peint au 16e siècle à Anvers, il fut commandé par la duchesse de Lorraine, Philippe de Gueldre.


Le musée Au fil du papier

Pont à Mousson

Hôtel de la Monnaie © François BERNARDIN – licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

Si vous aimez les musées, ne manquez pas le petit musée Au fil du papier. Situé dans l’hôtel de la Monnaie de style Renaissance, 13 rue Magot de Rogéville, il présente une histoire de la ville et des collections originales d’objects fabriqués localement dans du papier mâché (ou carton bouilli). Pour en savoir plus, visiter le site du musée.


Le Pont Gélot

Pont Délot

Pont Gélot à Pont-à-Mousson © TCY – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Ce pont historique est l’emblème de la ville. Depuis le 12e siècle, plusieurs fois détruit et reconstruit, il enjambe la Moselle. Pour découvrir Pont-à-Mousson, il faut marcher jusqu’au milieu du pont pour jouir d’un beau panorama sur le site de Pont-à-Mousson : l’église Saint-Martin, le clocher de l’église Saint-Laurent, l’abbaye des Prémontrés, la butte de Mousson et le signal de Xon…


L’église Saint-Martin

Découvrir Pont-à-Mousson

L’église Saint-Martin et le pont Gélot © French Moments

Située de la rive droite de la Moselle, l’église Saint-Martin a été érigée du 13e au 14e siècles pour servir d’église conventionnelle à l’ordre des Antonins. De 1574 à 1768, le sanctuaire fut attribué aux Jésuites. Ce n’est qu’en 1786 qu’elle devint église paroissiale pour les habitants du quartier.

La façade de style gothique avec ses deux tours octogonales semble être fortement influencée par celle de la cathédrale de Toul. Quant à la rosace et la verrière, on retrouve l’influence de la cathédrale de Metz.


L’abbaye des Prémontrés

Abbaye des Prémontrés

Abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson © Rolf Krahl – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Agréablement situé en bordure de la Moselle, le vaste complexe de l’abbaye était, comme son nom l’indique, occupée par l’ordre des Prémontrés. Les bâtiments actuels ont été construits de 1705 à 1735 sous le règne du duc de Lorraine Léopold 1er.

L’église abbatiale, de styles baroque et classique, est une église-hall. Deux tours encadrent le chevet, selon la tradition ottonienne, comme aux cathédrales de Spire, Verdun et Toul.

Les architectes, Thomas Mordillac et Nicolas Pierson avaient la particularité de faire partie de l’ordre des Prémontrés.

Pendant le 17e siècle, le site de Pont-à-Mousson était devenu l’abbaye mère d’une quarantaine d’établissements faisant partie de l’ordre des Prémontrés. Réformé par l’abbé Servais de Lairuelz (la Réforme de Lorraine), l’ordre préconisait une « communauté de la primitive rigueur ». L’abbaye des Prémontrés était également connue sous l’appellation « Sainte-Marie-Majeure ».

Abbaye des Prémontrés

Abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson © Dguendel – licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

L’abbaye est classée au titre des monuments historiques depuis 1910 pour son église, son grand escalier, sa bibliothèque, son cloître et son réfectoire.

Aujourd’hui, l’abbaye des Prémontrés est un centre culturel de la Lorraine et abrite un hôtel 3 étoiles.

L’abbaye des Prémontrés se visite : consultez le site web pour plus d’information.


Téléchargez le plan du parcours Saint-Jean qui vous permet de faire le tour du centre de Pont-à-Mousson.

Vous avez apprécié cet article ? Aidez-moi à faire connaitre ce blog en partageant la découverte de Pont-à-Mousson sur Facebook ou twitter !

Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

Leave A Reply

*