Découvrir la basilique Saint-Epvre de Nancy

0

Elle a des allures de cathédrale. Elle possède des traits gothiques qui semblent tout droit sortir du Moyen-Âge. Sa magnifique flèche, culminant à 87 mètres de hauteur, semble veiller sur la vieille ville depuis des siècles. Au risque de vous surprendre, rien de tout ça n’est vrai ! La basilique Saint-Epvre de Nancy est toute jeune comparée aux cathédrales de Metz ou Toul en Lorraine. Ce somptueux sanctuaire ne date que de la seconde moitié du 19e siècle… une époque où l’art gothique reprenait ses lettres de noblesses grâce à des hommes comme Victor Hugo, Viollet-le-Duc. Je vous livre ci-dessous quelques informations intéressantes sur l’église la plus haute de Nancy.


La basilique Saint-Epvre : une énième église sur le site !

église saint-epvre nancy

Le clocher-beffroi de l’ancienne église Saint-Epvre démolie dans les années 1860 pour faire place à l’édifice néo-gothique actuel.

En 1145, devant le développement de la ville de Nancy, le duc de Lorraine approuva la construction d’une église dédié à l’évêque de Toul, Saint-Epvre. Ce sanctuaire devint église paroissiale en 1218. Puis, en 1451, une nouvelle église gothique fut édifiée. Son beffroi, sorte de tour de guet, était le lieu de réunion des représentants de la ville. On y conservait les archives de la ville L’édifice, délabré au 19e siècle, fut démoli en 1863 pour laisser place à l’église que vous voyez maintenant.


L’abbé Trouillet et la construction de la nouvelle église

basilique saint-epvre nancy

La basilique Saint-Epvre en construction dans les années 1860. On remarque à gauche le clocher-beffroi de l’ancienne église démolie.

S’il y a un nom à retenir pour ce qui est de la construction de la nouvelle église, celui de l’abbé Trouillet (1809-1881) est une évidence. À son initiative, l’architecte municipal Prosper Morey réalisa la nouvelle église de 1862 à 1875. Le curé de la paroisse ne recula devant rien pour faire de ce chef d’œuvre néogothique une église magnifique. Il frappa aux bourses des cours européennes de l’époque pour bénéficier de leurs largesses. Ainsi contribuèrent notamment :

  • le Pape Pie IX : quelques dalles du chœur proviennent de la Via Appia (celui-ci éleva l’église au rang de basilique mineure en 1874)
  • l’empereur Napoléon III et son épouse l’impératrice Eugénie : les vitraux les représentants sous les traits de Saint-Louis et Sainte-Eugénie (les visages seront retouchés après 1871 !)
  • l’empereur d’Autriche-Hongrie François-Joseph : le grand escalier d’accès, des verrières le représentant sous les traits de Saint François. Son épouse, l’impératrice Sissi figurent également sous les traits de Sainte Elisabeth. C’est ici l’un des seuls vitraux en Europe représentant Sissi.
  • D’autres grands souverains européens ont également participé financièrement à la construction de l’édifice comme la Reine Victoria et Louis II de Bavière.

Quant à l’ancien clocher-beffroi, qui était depuis le Moyen Âge le symbole de ville, il fut rasé peu de temps après au grand dam des Nancéiens. Pensez donc, ce clocher représentait un repère symbolique pour la population depuis de longs siècles.


L’extérieur de la basilique Saint-Epvre

Basilique Saint-Epvre Nancy

Façade et clocher de la basilique Saint-Epvre de Nancy © French Moments

Elle a tout d’une grande cette église ! Son unique clocher est surmontée d’une belle flèche de style gothique flamboyant portant la hauteur de l’édifice à 87 mètres. Il s’agit de l’église la plus haute de Nancy. Elle reste néanmoins en-dessous des églises de Metz (cathédrale 93 m et clocher du Temple de la garnison 100 m) et de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port (87 m)

L’église a été construite en pierre d’Euville. Cette pierre, extraite dans les côtes de Meuse à Euville près de Commercy, se caractérise par son grain très fin d’une grande blancheur.

Les effets de la pollution puis la tempête de 1999 a endommagé l’édifice, ce qui nécessita d’importants travaux de restauration.


L’intérieur de la basilique Saint-Epvre

Basilique Saint-Epvre Nancy

La nef de la basilique Saint-Epvre de Nancy © French Moments

La nef s’élève à 24 mètres du sol, une belle performance. Ceci dit, la hauteur est moins importante que celles d’églises emblématiques de Lorraine : les cathédrales de Metz (41,41 m) et Toul (30 m), la basilique Saint-Nicolas-de-Port (30 m).

Elle est décorée de peintures et de mosaïques. Au-delà du chœur, le chevet à déambulatoire possède 5 chapelle absidiales. Quant au mobilier, il est de style viennois.

Basilique Saint-Epvre Nancy

Le chœur de la basilique Saint-Epvre de Nancy © French Moments

L’intérieur possède de beaux vitraux (74 verrières) dont trois rosaces. Ces fenêtres totalisent une surface de 2300 m2 de vitraux fabriqués par les ateliers Geyling de Vienne en Autriche (à comparer avec les 6496 m2 à la cathédrale de Metz).

Enfin, avant de sortir, levez les yeux vers le grand orgue Merklin-Schütze et sa tribune néo-gothique.


La basilique Saint-Epvre et les Habsbourg

Le saviez-vous ? Les liens entre Nancy, capitale du duché de Lorraine, et les Habsbourg-Lorraine (les descendants des ducs de Lorraine) sont toujours forts. On l’a vu avec les donations de l’empereur d’Autriche-Hongrie lors de la construction de l’édifice. François-Joseph s’était même rendu à Nancy le 22 octobre 1867 avec ses deux frères pour visiter le chantier.

Si l’archiduc Otto (1912-2011) s’était marié dans l’église des Cordeliers en 1951, c’est dans la basilique Saint-Epvre que son neveu, l’archiduc Christophe de Habsbourg-Lorraine a célébré son mariage en 2012.

Basilique Saint-Epvre Nancy

Chapelle de la basilique Saint-Epvre de Nancy dédiée à Charles 1er de Habsbourg-Lorraine © French Moments

Depuis le 15 décembre 2013, la basilique abrite également une relique de Charles 1er de Habsbourg-Lorraine, le dernier empereur d’Autriche-Hongrie (1887-1922).


Avez-vous visité Nancy en Lorraine ? Quels sont les monuments et sites qui vous ont le plus plu ? Partagez nous votre réponse en laissant un commentaire ci-dessous !

Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

Leave A Reply


*