Apprendre les bases de la langue alsacienne

0

Lors de votre dernier séjour en Alsace, il est fort probable que vous ayez surpris de nombreuses personnes (surtout dans les villages) discutant dans une langue qui vous est inconnue, que vous apparentez à de l’allemand. En réalité, il s’agit de la langue alsacienne, très répandue dans l’Est de la France.
Étant moi-même un Alsacien passionné par ma région, j’aborderai succinctement dans cet article les origines et l’histoire du dialecte, puis je vous ferais découvrir des expressions et du vocabulaire à maîtriser impérativement si vous séjournez en Alsace.

(Cet article a été écrit par mon ami Arnaud du blog Allemand-Malin)


La langue alsacienne, qu’est-ce que c’est ?

Kaysersberg alsacien

Plaque de rue bilingue (français-alsacien) à Kaysersberg © French Moments

L’Alsace et la Moselle se situent aux frontières de deux grandes puissances européennes : la France et l’Allemagne. Ces régions ont depuis toujours suivi l’influence de ces deux pays, ce qui a petit à petit donné naissance à un nouveau dialecte : l’alsacien.

Ce que nous appelons aujourd’hui l’alsacien puise ses origines dans la langue allemande, à laquelle des locuteurs francophones y ont apporté de nombreuses nuances. Plus largement la langue alsacienne est issue d’un ensemble de dialecte appelé « alémaniques » que l’on retrouve également dans le Pays de Bade, en Suisse alémanique, au Liechtenstein et en Autriche (Vorarlberg). Bien entendu, chaque région dispose dans son langage de ses propres spécificités. D’ailleurs, même en Alsace, il existe des variantes dans la prononciation des mots. Pour mieux comprendre ces différences cliquez  ici, vous y découvrirez la carte linguistique des différents dialectes parlés en Alsace.

langue alsacienne

Si vous envisagez de séjourner en Alsace prochainement, pas de panique, aujourd’hui la quasi-totalité des habitants parle la langue française couramment. Mais ne soyez pas étonné si le boulanger s’exprime dans une autre langue avec les locaux 🙂 .

Note, voilà une question que l’on me pose souvent :

Quelle est la différence entre une langue et un dialecte ?

Une langue est un système de signes vocaux spécifiques aux membres d’une même communauté, donc d’un strict point de vue linguistique, il n’y a aucune différence entre langue et dialecte. Cependant, je rajouterais personnellement qu’une langue est un moyen de communication défini et imposé par un Etat alors qu’un dialecte est une langue parlée non codifiée issue de la volonté d’une communauté de perpétuer une tradition ancestrale.


L’histoire de la langue alsacienne en quelques mots !

Kaysersberg-Vignoble

Costumes alsaciens à Kaysersberg © French Moments

L’alsacien trouve ses origines au 5e siècle, suite à l’arrivée des Alamans et des Francs (peuples germaniques venus du Nord). Ceux-ci entraînent la disparition de la langue gallo-romaine, au profit des langues alémaniques qui s’étendront désormais des Vosges jusqu’en Bavière, ainsi qu’en Suisse alémanique et dans le Vorarlberg en Autriche. Il faudra attendre la Révolution française en 1789 pour que la langue de Molière commence réellement à s’installer dans la région.

Les heures sombres du 20e siècle

Kaysersberg Malgré-Nous

Place des Malgré-Nous à Kaysersberg © French Moments

Le 20e siècle fut rude pour les Alsaciens, la région se trouve au centre de trois conflits majeurs qui conduit alors à plusieurs annexions de l’Alsace par l’Allemagne, pendant la guerre franco-allemande, la Première Guerre mondiale et surtout la Deuxième Guerre mondiale au cours de laquelle la région est rattachée de 1940 à 1944 à l’Allemagne nazie. Cette période, vécue comme une véritable tragédie par la population, conduit les Alsaciens à leur incorporation de force dans la Wehrmacht. L’État nazi interdit les mots d’origine française et les personnes portant des noms français doivent les germaniser.

Après 1945

Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement français introduit massivement la langue de Molière en Alsace. L’allemand étant considéré comme la langue de l’ennemi, l’alsacien fait l’objet d’une connotation négative. La langue est désormais vue comme une honte nationale. L’apprentissage de la langue est proscrit à l’école primaire et les enfants se voient être punis dès lors qu’ils parlent l’alsacien. Ainsi, la plupart des jeunes ne maîtrisent plus la langue en 2012. Seulement 12 % des 18-29 ans sont capables de s’exprimer en alsacien.

Note : l’office pour la langue et la culture d’Alsace dispose de nombreuses informations sur les origines et l’histoire du dialecte, si vous souhaitez en savoir plus cliquez ici.


L’alsacien aujourd’hui

langue alsacienne

Plaque de rue bilingue (français-alsacien) rue des Potiers à Kaysersberg © French Moments

Aujourd’hui, 43 % des Alsaciens se disent maîtriser la langue, essentiellement pour s’exprimer en famille ou avec des amis. Principalement pratiqué dans les milieux ruraux,  seuls 3 % des jeunes entre 3 et 17 ans sont capables de s’exprimer en alsacien aujourd’hui. Désormais en danger, plusieurs organismes dont le Conseil régional et l’Office pour la langue et la culture d’Alsace promeuvent le bilinguisme afin de sauvegarder ce patrimoine en danger.


Maintenant passons à la pratique !

Attention : les dialectes tels que l’alsacien sont destinés à la communication orale, il n’y a donc pas d’expression écrite spécifique.
Surtout n’oubliez pas ! La langue alsacienne étant très proche de l’allemand, si vous maîtrisez la langue de Goethe, il sera très facile pour vous d’échanger en alsacien.

Du vocabulaire à maîtriser absolument si vous venez en Alsace :

  • bis bàll  / à bientôt
  • salü bisàmme / salut tout le monde :
  • güete Morga  / bonjour (le matin)
  • scheener Noochmiddàà / bonne après-midi
  • e scheener Dàg / bonne journée
  • güeti Nàcht  / bonne nuit
  • àdje / aur’voir  / au revoir
  • merci vielmols / merci beaucoup
  • naan / non
  • ja / oui
  • e Güeter / bon appétit
  • e Bessere / bon appétit (en réponse à e Güeter)
  • viel Glìck /  bonne chance

Des expressions typiquement alsaciennes :

  • Yo! / pas d’équivalent en français, il sert à exprimer l’étonnement, le mécontentement. A utiliser sans modération.
  • Oyééé / sert à exprimer une plainte. Exemple: «Oyééé, le journée va être longue»
  • Hopla /  allez. Exemple : « Hopla je vais vite faire les courses »
  • Faire un schmoutz / faire un bisou (amical). Exemple : « Tu lui feras un schmoutz de ma part»
  • Boire un schluck : boire une gorgée.

Apprendre à compter en langue alsacienne

  • 1  –  eins
  • 2  –  zwei
  • 3  –  drèï
  • 4  –  viar
  • 5  –  femf
  • 6  –  sex
  • 7  –  sewwa
  • 8  –  ååcht
  • 9  –  nîn
  • 10  –  zeh
  • 11  –  elf
  • 12  –  zwelf
  • 13  –  drize
  • 14  –  viarze
  • 15  –  fùffze
  • 16  –  sæchze
  • 17  –  sewweze
  • 18  –  åchtze
  • 19  –  nînze
  • 20  –  zwånzig
  • 30  –  drissig
  • 40  –  viarzig
  • 50  –  fùffzig
  • 60  –  sæchzig
  • 70  –  sewwezig
  • 80  –  åchtzig
  • 90  –  nînzig
  • 100  –  hùnd’rt
  • 1 000  –  toisig

Pour parler comme des vrais Alsaciens !!

Maintenant que vous disposez de quelques notions d’Alsacien, je suis sûr que vous souhaitez en apprendre davantage 🙂 . Pour cela vous pouvez télécharger le petit lexique français alsacien mis à disposition par l’office pour la langue et la culture d’Alsace, il vous fera découvrir plus d’une centaine de mots typiquement alsaciens. Cliquez ici pour y accéder.

Une application géniale !

J’ai récemment découvert une superbe application « Serlet Alsatian ». Créé par l’Union européenne, elle vous permettra d’enrichir votre vocabulaire, d’apprendre à formuler des phrases simples pour communiquer en alsacien et bien plus encore.

bis bàll,

Arnaud


Arnaud Fuchs est le fondateur de allemand-malin.com. Dans son blog, vous trouverez des infos utiles si vous souhaitez apprendre l’allemand, organiser un voyage en Allemagne, ou si vous êtes en recherche de conseils sur la culture, l’emploi, et l’apprentissage de la langue allemande.


Share.

About Author

Pierre a grandi en Alsace, Lorraine et Allemagne avant de s’établir en Australie. Passionné de la France et de sa culture, il a fondé French Moments, une organisation initialement basée à Sydney qui promeut notre beau pays au public anglophone. En 2014, il est revenu s’installer en Île de France avec son épouse Rachel et sa petite fille Aimée. Professeur d’économie et de management en BTS, Pierre est également formateur de français en langue étrangère et guide touristique à Paris.

Leave A Reply


*